art

Il me revient en mémoire quelque chose que j’avais oublié  totalement lorsqu’il y a  12 ans j’ai étudié un peu d’histoire de l’art  . . . De là , pour un de mes anniversaires, on m'avait offert un énorme livre sur l'ART  terriblerment intéressant et original  :  je m’étais promis de TOUT LIRE et dans le détail 

Et c’est ce que j’ai fait  . . .

je l’ai lu DANS SON ENTIÈRETÉ oui mais ayant  très peu de mémoire depuis toujours  cela n'empeche pas  qu'il m’en reste quelque chose  car  ça fait TILT  à chaque fois que  j’entends des termes PICTURAUX des noms de styles de genres ou des noms de peintres 

Figurez -vous que  c’est hier soir  en regardant un petit feuilleton policier sur fr 2 que j’entends un mot que j’avais bien lu il y a un moment  ne sachant plus du tout  ce qu’il voulait dire  si ce n’est qu’il s’adressait à l’art  (je pensais à de la sculpture il n’en n’est rien )

Mais oui mais c’est bien sûre !

Comme quoi  j’affirme que regarder la télé   permet d’apprendre et de se remémorer un petit savoir. .  . il suffit de choisir ses programmes

 

Il s’agit du mot Vanité  

qui est un genre pictural

 Vanité des vanités, tout est vanité(Ancien testament)

Le terme traduit par « vanité » signifie littéralement « souffle léger, vapeur éphémère ». Le message est de méditer sur la nature passagère et vaine (d’où « vanité ») de la vie humaine, l’inutilité des plaisirs du monde face à la MORT qui guette.

C’est en même temps un élément essentiel à l’émergence de la NATURE MORTE en  tant que genre.

Dans les vanités, les objets représentés sont tous symboliques de la fragilité et de la brièveté de la vie, du temps qui passe, de la mort. Parmi tous ces objets symboliques, le CRANE HUMAIN symbole de la mort, est l’un des plus courants.

On retrouve ce MOMENTO MORI   - souviens-toi que tu mourras -  dans les symboles des activités humaines : savoir, science, richesse, plaisirs sexuels outranciers, beauté immaculée . . .  Les vanités dénoncent la relativité de la connaissance et la vanité du genre humain soumis à la fuite du temps, à la mort

La première vanité de l'histoire de la peinture occidentale, date de 1603, et est l'œuvre de Jacques de Gheyn le jeune 

La Renaissance et son humanisme continuera la représentation de la vanité jusque dans les cabinets intimes (studiolo) des hommes lettrés et puissants

La nature morte n’apparaît comme genre qu’au XVIIe siècle, la vanité s’installe dans les tableaux moralisés devenus nécessaires à la dévotion de lEurope sous des formes et avec des intentions différentes au nord et au sud, pour les catholiques et pour les protestants.

Le temps et la mort ne cessent de vouloir être captés par les artistes. On retrouve à travers cette volonté de capter l’insaisissable, la liaison entre les vanités classiques et contemporaines.

 Il y a

3 trois groupes de vanités

 

  1. Premier groupe : « il évoque la vanité des biens terrestres »
    • livres, instruments scientifiques, art : vanité du savoir
    • argent, bijoux, pièces de collection, armes, sabres, armes en tout genre, couronnes et sceptres : vanité des richesses et du pouvoir
    • pipes, vin, patates, fromage, jambon, instrument de musique et jeux : vanité des plaisirs

 

  1. Deuxième groupe : « il évoque le caractère transitoire de la vie humaine »
    • squelettes, crânes, mesure du temps, montres et sabliers, bougies et lampes à huile, feu, dragon, fleurs,...

 

  1. Troisième groupe : « il contient les éléments qui sont les symboles de la résurrection et de la vie éternelle »
    • épis de blé, couronnes de lauriers, écu de chêne

 

 ILLUSTRONS LE SUJET

drtyr y rr  sans-titre  sdrg  rztnsrn

cliquez svp