UIYUUYTYUT

1

2

3

4

vous cliquez vous y lirez mieux leur QI

 GHJGFJ  GHUJUY

JKHK YUIYRI

HUKF DRYDR

VHUKF

1909 -1913 GHJGF YUIFY

HJIOH   JILY

YUIY  GUKGU

BU8IO

quand je pense qu'on le disait bete  non mais franchement 

RY7 HJGK

JKH HJLHL

HUIY GHUKFH78

UY HUKY

HUITYI UIYIY

yfggyu;igy ftyuity

huify hukfyu

gyuiofry hjuogf

ghuifyi

tyut yu§

è!tçè

ètfè yèiry

hui gjitu

nkilgiguiofu

bhuiofgy!ifryr

vgydu

fyèri§rJILUIO

TEST DU qi

UIOGUHJIH

Y7I

GYUIY

JKOPI

JKLMHKMHJILI

 

LE QI ne fait pas le génie

OUFFFFFFFFFFFFFFFFFFF ! ! !

Et pour cause ! Des grands noms des sciences ou des arts n’ont pas forcément un très haut quotient intellectuel. 

Le club très sélect Mensa, qui n’accueille que des personnes au quotient intellectuel (QI) de plus de 135 points (2 % de la population, la moyenne étant à 100), n’aurait pas ouvert ses portes à Copernic, ni à Jean-Jacques Rousseau ou à Rembrandt.

Leur QI n’a en effet été évalué qu’autour des 130 points !

En revanche,

Blaise Pascal (180),

Newton (160),

Mozart (150) auraient été admis haut la main et

Darwin (140)… de justesse.

Le tout à en croire les travaux de Dean Keith Simonton et Anna Song, psychologues de l’université de Californie qui ont revisité l’étude d’une psychologue américaine de l’école de médecine de Yale, Catharine Cox, datant de 1926.

En se fondant sur une hypothèse énonçant que le génie adulte était le fruit d’une très haute intelligence durant l’enfance, la psychologue avait entrepris d’évaluer a posteriori le QI d’hommes et femmes illustres.

À partir de données biographiques sur leur développement intellectuel, elle avait appliqué la formule évoquée plus haut (QI = ratio de l’âge mental sur l’âge réel x 100).

Elle avait alors trouvé des scores battant tous les records :

Pascal (195),

Copernic (160),

Newton (190)

Mozart (165),

Darwin (165)

Rousseau (150).

Dean Keith Simonton et Anna Song ont refait les calculs à partir des archives de Cox avec une autre méthode, plus fiable, et obtenu des scores bien inférieurs. "Des génies reconnus n’ont pas forcément un haut QI", conclut-il.

Même si un minimum est nécessaire. Ainsi "un QI de 120 environ serait indispensable pour la créativité", affirme Todd Lubart, psychologue à l’université Paris-Descartes.

"Mais au-delà de 140 ça n’a plus d’influence.

" Pour preuve, une équipe autrichienne de l’université de Graz menée par Emanuel Jauk a soumis 297 personnes à des tests de QI, de potentiel créatif et à un questionnaire d’accomplissement (littéraire, musical…).

Résultats :

aucun QI minimum n’est nécessaire pour s’accomplir.

En revanche, il faut 

un minimum de 85 pour produire des idées en un temps donné ("fluence"),

un minimum de 100 pour produire deux idées originales et

de 120 pour en produire plus.

Une fois ce seuil atteint, ce sont les caractéristiques de la personnalité qui deviennent les plus prédictives de la créativité.