dans quel état

j'erre ?

 

Non mais  : il m'est encore arrivé une belle frayeur 

Hier je suis allée me coucher vers 23h30 .

Il fait très calme à cette heure- là . Je n'ai jamais été dérangée par le passage des voitures  -  moins encore depuis la pose des nouvelles fenêtres   - 

J'entre dans mon lit après avoir  branché le système d'alarme  . . .

Les oreilles qui bourdonnent  je veux bien puisque j'ai des soucis de ce côté - là  . . . mais :    c'est en commençant de lire  que quelque chose m'inquiéte !

Je me demande ?  Qui peut bien parler , qui peut bien chanter . . . et  même peut- être qui peut bien danser . . ? 

je connais le voisinage  ?  RIEN ne peut venir de là   !

je suis dérangée mais  même si ce n'est pas désagréablement enquiquinée  que je suis  , c'est   à force de faire attention que  ça semble plus fort plus net  bien évidemment 

C'est comme les couleurs :   j'entends tout ça SOURDEMENT  ! !

Je cherche , je cherche  . . .

j'en oublie ce que je lis . 

C'est drôle  car c'est comme quand j'étais petite  . . . La maison des grands- parents maternels était très grande et quand j'étais couchée j'entendais les clients du café   en bas,   parler rire et chanter   et ça finissait par m'endormir  .

Là  c'est sensiblement pareil .

N'empêche ,  je me questionne  .

Ou alors je perds  la tête et ce sont des voix de l'au- delà   . . .  et franchement si c'est ça  :   ils ont l'air bien là- haut    moi je vous l'dis ! !

Ça ressemble à un chambard très sympa  !   Après tout  pourquoi donc  ne serait-ce  pas ça ?  hein je vous l'demande  ?

Ça y ressemble en tous cas  . . .

j'entends même le bruit d'une chaise qu'on tire qu'on remet  sur un  sol carrelé  : mais ça je sais que   ça vient du voisin  c'est certain

Enfin j'espère

Si si   aux risques que vous me preniez pour définitivemet folle à lier    :  ça me traverse l'esprit  ! 

Puis,  je me suis endormie  . . .  fatiguée par ma broc de la journée  et la tension nerveuse  provoquée par le vent , les pluies et l'orage . . . et le tracas  que ma mère soit sur la route  . Toujours en vadrouille  disait mon père  . Si la maison brûle  on sait qu'elle ne sera pas dans les cendres !  Ou alors ce serait vraiment pas de chance  !

Ce matin . . . je me lève 

. . . 6h . . . 

j'ai totalement oublié  cette histoire de voix de l'au-  delà ! 

Avec l'âge les idées se suivent mais ne se rassemblent pas forcément . .   

je devais aller au container  . . .

 . . .  10h . . .

j'ouvre la porte de ma cuisine  et là dans le kotch  (le kotch est le sas entre garage et cuisine)   me revient ce bruit   mais moins sourd que dans la nuit

J'ai le coeur qui bat

je vous promets que j'ignore ce que c'est  même à ce moment là  ! 

je me dis qu''on est venu squatter mon garage    . . . 

je grimpe les 5 escaliers qui séparent le kotch du garage  j'ouvre avec violence la porte qui se bloque tout le temps et je manque de tomber pour la énième fois de lasemaine  . . .

Rien

Personne

Le bruit se fait plus disctinct

La même musique les mêmes gens qui parlent  . .   ? non mais je suis où là ?   .  . .  je pense à une blague dehors   . . . une mauvaise blague   en tous cas   alors    je vais vers la voiture   !

non mais  franchement  . . .  j'ouvre la portière  . . . 

 j'avais laissé la clé de contact et la radio  fonctionnait à fond  la caisse  -   j'aime la musique TONITRUANTE quand je suis seule  -  

depuis hier  14h30 EXCATEMENT  la radio fonctionnait  . . .   le coeur battant  la chamade . quelques centaines de cheveux blonds qui me restaient encore  sont  devenus blancs . . .  les mains moites et les pieds poites  :   je me suis dit :

Et si c'était lui ?

Qui ?

ALZEIMER  !

Jamais de la vie  ces choses ne me seraient arrivé  il y a encore 2 ou 3 ans   

J A M A I S   

Et plus je vais avancer plus il va m'arriver ce genre de " pépin" surréaliste  . . .

La batterie devait être morte !  ? j'en voulais à ma mère c'était à cause d'elle  . . . j'étais sortie par la tempête ,  sûre qu'elle  serait sortie de chez elle  . . . Vous lui dites  ne fais pas ça stp  : elle le fera !  C'est comme ça  . . . 

Et bien non la voiture a redémarré  sans problème . . .  et  j'ai donc pu aller au container  

je suis rentrée et là  j' ai aspirer  ma  voiture  

il ne fait que 21° et il pleut par moment  des cordes et puis stop  . . .  puis il fait soleil et puis STOP  . . .  je suis en nage ! 

Si si il fait lourd et je ne suis pas la seule à le dire

Mon dieu que c'est une perte de temps que de  laver , frotter et aspirer son véhicule . . .  J'en vois qui passent leur après- midi  ENTIER du samedi à faire cette tâche qu'ils semblent  savourer   pleinement  !  Si si demander à ma voisine  . . .   Venez donc la filmer . . .  ELLE RAYONNE  :  sa voiture aussi . .  . 

La bagnole doit aller au garage dans la semaine je me dois de  faire  un effort pour les  mécaniciens  ,  d'autant qu'ils font  le  maximum pour  vous rendre votre véhicule   IMPEC . . .  "plastifié"  de partout   -  volant  et siège -

C'est vrai que  d'aller sur les brocs , en campagne  ,  entrer et sortir de la voiture  pour faire mes photos  -  je ne vous raconte pas l'état dans lequel elle  se trouve  !  Ça salit . . .  la terre  et les herbes sèches  . . . 

-   Mais je m'en fiche  - !!

Par contre :  si vous avez une seule fois  dans  la vie de la voiture  été chercher  votre sapin de Noël   . . .   : 9 ans plus tard vous retrouvez encore des épines  . . .  oulalala ça ,  ça me met en boule  . . .  et pas en boule de sapin   !  

Ça s'accroche  au tapis . L'apirateur  n'aspire pas . . .  Ces choses là   sont récalcitrantes !

Et là quand je vais  au container  porter  toutes mes branches coupées   - l'arbre clac clac .  .  . les hortensias clac clac  . . . TIENS OUI AU FAIT ;   j'ai tout ratiboisé   : Un massacre  . . .

Vous savez quoi ,  ça  leurs a fait un bien fou  :  ça repousse dru !   

Donc il y en avait  plein le coffre  même  que  j'enrobe tout  dans un vieux drap  chaque fois  ,     ça ne change pas grand chose . .  .  surtout que je ne fourre pas tout ça  dans l'habitacle avec grande  délicatesse

C'est là que j'ai rencontré une jeune fille 

. . . 16,5 ans  . . . 

A  qui je demandais des nouvelles , la voyant l'air  trop  tristoune   . . .

Elle me dit  travailler   tout le mois d'août  pour la première fois   à  Luxembourg   . . . Dans une boutique de marque très connue  des jeunes   où elle attend la cliente de 9h a 18h 30 tous les jours sauf le jeudi  ou le mercredi   Soit  !   . .  .  

DEBOUT  qu'elle doit rester ,  à espacer les cintres de 1 cm l'un de l'autre   à chacun des passages des passantes  qui touchent à tout tout le temps  et  qui n'achètent rien  , puis  à  cracher de  vapeur  chaque vêtement   sorti de la cabine d'essayage qui vient d' être porté et tout chiffonné  ! 

Il lui reste cette semaine mais elle est  si  découragée si heurtée par ce qu'elle voit et par le temps qu'elle perd  qu'elle ne sait pas si elle va  finir par finir la semaine     -  rhoooo -   (je ris sous cape c'est une belle école de la vie ! ! !  ca permet de comprendre que faire des études c'est le pied ! )

 

C'est trop  horrible

C'est trop insupportable

C'est trop  pas la vie ça  ! !  

 

Elle se doit de ne rien faire remarquer   - ce qui la met en rage  -  car  combien de femmes d'un âge certain et   de filles   faisant une taille 44/46   rentrent   en cabine  avec 6 vêtements de taille  38   et qui  ressortent en  rouspétant :  " . . . non   mais quand même quelle mauvaise coupe !  . . . " 

là chui morte de rire  . . . 

Moi aussi je vois ça  tous les jours  mais particulièrement   tous les dimanches sur les brocs   : je commence  à OBSERVER LES GENS   . . . puisque je ne cherche rien . .  .  On croirait des gros salamis  ,   toutes  qu'elles sont  , ficelées dans leur tee shirt informe sur  leur caleçon collant/ moulant alors qu'elles font du 46/48 voire du 50    . . . 

t e r r i f i a n t  !

je me demande  pourquoi on trouve plus de S   et de extra S  que de L chez ZARA  chez H &M  et chez MASSIMO   :   je ne comprends pas  . .  .  non je ne suis pas méchante . .  .  j'observe !   c'est tout  ! 

je pratique  exactement tout le contraire . Je  fais une taille 40/42   parfois un 38 me va parfaitement (rare  ?)  (sachant que j'ai fait 36/38 jusqu'il y a 8 ans . . .  je suis même descendue  à la taille 34 : j'ai encore un sacré beau tailleur comme preuve )   . . . ayant eu une de mes connaissance toujours  boudinée dans ses fringues   : ç a a du me traumatiser    . . . :  je prends  toujours une taille 46  . .   si si je vous assure (je parle du dessus pas des pantyalons où là j'aime le JUSTE AU CORPS)

Non ce serait horrible si j'étais maigre et que je portais des fringues d'une grosse taille   . . . mais un  40 ou 42  , une taille que  j'estime normale pour mon âge et ma hauteur  167 cm   : je peux me permettre du plus large   et c'est plus joli à condition que ça ne pendouille pas de partout   . .  .   j'ai pris une tunique marine  d'une taille 46  la vendeuse m'a dit : "  . . .   mais madame  ça va être beaucoup trop large . . " 

et bien non !

les tailles ne sont plus calculées comme avant, j'en suis sûre,    il y a d'autres étalons . . . aujourd'hui si j'avais  50 ans et ma taille   36 je devrais porter du 32   (mdr)    . . .

bref  cette jeune fille dont je vous parlais   ? Et bien :

Elle n'en veut plus  . . . 

Elle n'en peut plus

Elle  ne travaillera plus jamais  . . . .

là en tous cas  ! ! 

que dire ?  .  . .    que lui dire pour l'encourager  car après tout  ça ne fait que commencer  . .  .   : je parle du travail je parle de SA VIE    ?

Fais un effort  la vie c'est ça  : rien n'est évident . . .  je n'ai pas envie de lui dire :   

Est ce que travailler à La boucherie du super marché  c'est mieux  ? 

A la caisse  du super marché c'est mieux ?  

renflouer les rayonnages est -ce mieux ?

Ah je sais ce qui est mieux : mais ça on n'a pas ici   . . .   au bord de la plage  vendre des paréos chui d'accord  ça c'est pas mal  . . .  Ça plaît à la majorité me dit- on   ! 

ben  chte crois !

D'autant que maintenant   on ne peut pas faire n'importe quoi  avec ces  étudiants ou ces collégiens  qui travaillent 1 mois pendant leurs vacances  parce que   je me suis dit  : "  woauhh  dis donc si elle avait été  à ma place ???"  

Mais ça c'était avant  . . . c'était loin d'être bien  . .  .

Allez  : 

je vous raconte une de mes tranches de vie !

C'est fou car j'ai le même âge exactement que la jeune fille  dont je parle :   - 16,5 ans
Nous sommes en août 1969  . . .
NOn  ce n'est pas encore  entré dans les moeurs :  les collégiens ne travaillent pas pendant les vacances   . . . En tous cas dans mon milieu ça ne se faisait pas ! Parce que qu'est ce que j'aurais aimé !
j'allais depuis plus de 1 an  quand j'avais  des après- midi de congé , le mercredi et le samedi,   aider une voisine  à faire des COURTES POINTES  qu'elle vendait  . . . je travaillais pas mal    et . . .     sans jamais recevoir un centime   ! 
JAMAIS  
C'était chez le commissaire de la ville ou j'habitais . Oui le COMMISSAIRE De POLICE  !
Leur fils récemment marié ,  venait d'acheter un petit hôtel  . . . sachant qu'on pouvait  compter sur moi  . . .  ils demandèrent  à mes parents s'ils accepteraient de me voir partir pour 1 mois  dans les Ardennes belges !
Ils m 'engageaient  !
Ils avaient besoin de main d'oeuvre !
Alors vous dire que je sautais de joie ou pas je mentirais  . . . je ne me revois pas du tout dans la situation . . mais pas du tout  je ne ressens aucun sentiment particulier
Manière de me faire un peu d'argent  ?  
Ça oui par contre  je comptais dessus c'était pour moi primordial   . . .
Mon père dit IMMÉDIATEMENT Oui ça ne peut lui faire que du bien  . . . Vous pensez  ! Mon père n'avait que ce mot là à la bouche LE TRAVAIL  !
j' aidais déjà  "gratuitement "   sa femme  (pas celle de mon père  je parle de la femme du commissaire)  à faire ses couvertures piquées   . . .    je n' ai jamais réclamé ni rien eu :    ils avaient  flairé la proie facile et docile surtout
Et moi et mes parents  n'y avons même pas réfléchi 3 secondes   . . . Non mais franchement ça aurait du nous mettre  la puce à l'oreille non  ? 
y a qu'à moi que ça arrive  ce genre de choses : je vous promets que maintenant encore je me fais avoir de la même façon !
je vous assure que si j'avais été payée pour tout le travail que j'ai fourni à tout le monde toute ma vie ?  
Ben j'en aurais des sous  ! 
 
je travaillais comme une malade  ça tout le monde le savait  . . .  eux particulièrement  . . pire je mettais  du plaisir à tout ce que je faisais  - comme toujours  -  et encore aujourd'hui  
 
je pense que je suis contente  car dans mon souvenir je ne me vois pas pleurer les larmes de mon corps pour ne pas y aller  . . . Mais quitter la famille pour si longtemps cela ne m'était jamais arrivé  
je suis partie à 100 ou 150 km de la maison . . .  Je cherche encore  le nom du village touristique  (je vais demander à ma mère)  . . .  touristique  de la fin des années 60 entendons- nous bien  . . . Mais je pense qu'il doit encore l'être
 
j'allais donc dormir chez des étrangers : ça je déteste ! !
Et là  j'arrive et on m'installe tout en haut tout en haut du haut :  au grenier un peu aménagé soit  . . .  mais un grenier ! ! !
Pffffffffffff
je travaille  chaque jour  samedi dimanche compris  comme une bête de somme  . . . JE N ' EXAGÈRE PAS    . . . une bête de somme  . . . 
vous ne me croyez pas parce  que je n'ai que 16,5 ans ?    Tant pis   moi je  le sais 

si bien qu'il n'engage personne d'autre et je me retrouve seule pour tout
* à dresser les assiettes et les plats  en  cuisine
* à monter et descendre les escaliers entre bar cuisine et salle
oui je suis au bar aussi  ,  car on a remarqué que j'attire le chaland .
Et bien oui    je suis en pleine campagne . . .  Et une jeune fille  aux longs cheveux blonds assez sympa  ,  c'est pas si  fréquent ! !    on m'appelle   de partout
* je sers en salle
* je suis en cuisine
* Mais surtout  je fais les vaisselles   jusqu'à tard le soir  :  il n'y a pas de machine   ( et non  il n'y a pas encore de loi bien établie  non plus )
une honte !
Disons que je fais de 8h  à 22h et jusqu'à   1 ou 2 h du matin le week end   avec sans doute 1 h de libre le midi  je fais du cheval  mais je n'aime pas plus que ça
Aujourd'hui le type , tout commissaire qu'il est,  serait enfermé . . .
j'en veux encore à mes parents de n'avoir rien fait 
car c'est pas tout  . .  .
 
Les garçons des alentours  (des beaux des moches des fermiers  . . . ) , je ne les connaissais pas encore , (je parle du sexe opposé)    viennent en force    . . .     Mais wouahhhh  ils sont vraiment trop trop sympas  et  même très gentils     - fort heureusement d'ailleurs  -   Et figurez -vous  que   je reçois pas mal de pourboires . . . Ils sont tout fous  . . .
je trime de plus belle  . . .   tout ça pour moi  . . . chui contente
De ça je me souviens  je me souviens aussi du cochon en plastic ROSE défraîchi là sur le côté caché du comptoir  .
je fais mes petits comptes tous les soirs  . . . .   une très belle somme  s' accumule  dans le cochon qui , me dit le patron  , doit sommeiller  derrière le comptoir
ON NE TOUCHE PAS !
ça me tracasse  je ne trouve pas ça normal  . . . 
Mais oui j'ai un rêve :  m'acheter un vélo    -  "un mini " -    vous souvenez-vous  de cette nouveauté  cette année- là ? 
mes calculs faits je pouvais m'acheter 3 vélos il me fallait 4.000 fr belges (soit 100 euros actuels) 
j'en rêvais que d'un seul . .  . le reste serait pour le livret
Il n'y a que moi qui sert   ou alors le patron   . . . il n'y a pas d'autre employé comme je viens de vous le dire .
je suis fatiguée de plus en plus épuisée . . . 
Pas question de se plaindre et de téléphoner pour dire que je n'en peux plus . . . Avec mon père  on ne se plaint pas  !
Mon père a été   4 fois très triste   pour moi  profondément triste  et me l'a montré  ce qui m'a touchée terriblement   et cette  aventure je pense qu'il l'a bien regrettée
 
oui mais   le pire est à venir : 
il arrive un grave  accident  à l' hôtel
je suis là depuis  3 semaines  épuisée . . .  si fatiguée que  je m'endors  avec difficulté et  une fois endormie  je n'entends plus rien  :  la jeunesse c'est ça !
Cette  nuit- là je me sens mal  . . . J'ai du mal à respirer ,  la gorge me fait mal  le nez et la tête aussi .  . . j' entends du vacarme  dans les escaliers  : j'allume   et  que vois -je ?  De la fumée passe sous la porte
y a le feu
Les pompiers entrent et me prennent  (le salopard , l'ordure  de patron n'a même pas daigné venir me chercher et frapper à ma porte pour m'aider à descendre  )
Savez -vous que j'ai encore envie de lui cracher dessus  ?
Imaginez l'état dans lequel je me sens   à ce moment précis ? 
Et l'état de l'hotel .  . .   De l'eau partout  . . . de la suie gluante  des   chambres  aux cuisines   . . . Dehors un monde fou regarde
j'ai eu si peur  . . .   je tremble encore  .  . .  je suis en  pyjama dehors en pleine nuit  . . .
je suis seule si seule  je pleure  encore toutes les larmes de mon coeur  !  
je voulais retourner    . . .  il ne voulait pas que je retourne 
je n'allais  tout de même pas les laisser tomber dans ces moments- là et  dans toute cette mouise  ! 
 
je n' osais rien dire  .  . .
je voulais me sauver : j'aurais du mais je n'avais pas d'argent  . . . le cochon sommeillait toujours derrière le bar 
j' aurais du me sauver de quelque façon que ce soit  j'aurais demandé à un jeune homme  il l'aurait fait  j'en était convaincue  . .  . 
Oui mais  mon père ?
Alors je me suis éclipsée   et  j'ai appelé  de chez quelqu'un  sans doute . J'ai appelé  chez la voisine de mes parents (nous n'avions pas le téléphone )   et j'ai pleuré de tout mon saoul
Mes parents ont fait le chemin à leurs frais et  sont arrivés  tôt  le lendemain matin
Papa a déposé maman   et s'en est allé 
Il avait  les examens de passage  de ses élèves  . . . quand il a vu tout ça  j'vous raconte pas la tête !
ils m'ont fait travailler  jusqu'à plus soif même devant ma mère qui elle est restée pour  nettoyer aussi   et m'aider  et les aider tout pareil 
 
comment est- on retournées chez nous  ?
je vous avoue que je ne m'en souviens plus du tout   mais  je sais qu'on est retournées le lendemain  je n'ai pas terminé la fin de ma dernière semaine
 
j'en viens au fait  :
m'ont- ils payée tout de suite ?  non je ne le crois pas j'ai du attendre 
savez -vous combien j'ai gagné ?
2.000  fr belges    !!   l'équivalent  de  50 euros pour  presque  1 mois  sans congé  samedi dimanche compris 
faites le calcul des heures
le cochon et mes pourboires   ?    ils sommeillent  toujours . . .   
ils ne m'ont rien remis alors que tout  était à moi
je n'ai jamais pu m'offrir mon vélo
il me manquait 2.000 fr alors papa a déboursé . . .
le vélo qui restait  en magasin  et bien il était . . .  jaune  . . . 
jaune était le vélo qui m'avait fait suer  et presque mourir ! 
J A U N E   . . . je pense  sans vouloir faire de la psychologie de comptoir que  ce doit être de ce moment là que j'ai haï le jaune
j'y pense encore  
j'avais donc 16,5 ans  
 
C'est peut- être tout ça qui nous construits ? 
je ne sais pas   . . .
mais qui nous fait détester le monde ça oui  !  
Car le monsieur tout commissaire qu'il était avait usé et abusé de son tout petit pouvoir de merde 
 
oui j'en veux et à mes parents et à ces gens . . .  mais voilà    ça ne changera rien
C'EST UNE DE MES TRANCHES DE VIE
et ce n'est pas la plus belle  . . . 
au sujet du vélo  : 
je m'en suis servi très peu de temps   . . .  ma mère s'en est débarrassée il y a 10 ans après son opération de la hanche  - elle a toujours fait du vélo  - alors oui il a servi   de 1969 a 2005   mais  pas par moi
ps : j'oubliais d 'vous dire
ON rentre à la maison  .
La voisine dit à ma mère Mme Petit vous devez téléphoner  d'urgence à votre soeur (celle qui est maintenant à la maison de retraite)    au plus vite car  il  y  a une grosse surprise 
vous savez quoi  ?
vous savez ce qu'était la fichu surprise ??
Ils venaient , elle et son mari   de reprendre un hôtel   - restaurant  de 24 chambres et comptaient  sur toute la famille 
à peine rentrée   . . . me revoilà partie au gaume . . .cette fois pour travailler tous mes congés scolaires   DANS L' HÔTEL FAMILIAL    
alors depuis  vous comprendrez que  c'est pareil que pour le jaune : 
je hais tous les métiers de bouche
je déteste les hôtels
je déteste les restaurants
je déteste les émissions sur la cuisine 
Vous le voyez  :  ne jugez jamais  sans savoir sans connaître  la vie des gens   . . . le pourquoi ceci et le pourquoi cela  . . . !