de

Catherine SERVAN - SCHREIBER

 

81fZPsy7JGS__SL1500_

1. j'ai d'abord été attirée par la couverture . 

j'aime trop l'élégance des femmes de ces années- là   (mainteant c'est jean et compagnie  -  et je vois surtout  les caleçons informes)  s'il n'y avait pas eu la guerre  c'est à cette époque que j'aurais aimé vivre

j'ai rarement connu à l'époque des femmes grosses   JAMAIS  (posons nous des questions ? c'est urgent ) . . .  Regardez comme elles sont belles .

Tiens faites le test  :  suivez 2 femmes  , aujourd'hui  dans la rue à Paris ou ailleurs et  prenez des photos

CoMPaReZ 

2. Puis le résumé m'a plu

3. Et ensuite j'ai commencé à lire et  . . .

4.  j'ai adoré ! Il ne me reste que  quelques pages  . . .

Une écriture facile ,coulante, sobre .

Une histoire prenante , une histoire que je pense être vraie , en partie  en tous cas.

Et si pas vraie ? Elle aurait pu  . . .

 

je résume en utilisant  aussi les phrases de certaines critiques

Louise et juliette  s'aiment d'un amour de soeurs INEBRANLABLE

Une carapace d'amour et de complicité  ne peut être pulvérisée . Moi en tous cas  ce que je ressens c'est  plus encore le respect qu'elles ont l'une pour l'autre  et  ça pour moi c'est  plus  enviable que l'amour qu'elles se portent . . .

la guerre éclate .  Elles se retrouvent dans des camps opposés mais dans des situations terriblement graves et impossibles à gérer. Louise a épousé CHARLES  un juif,  brillant intellectuel ,  directeur d'un journal . il vont devoir changer de noms abandonner leurs bien et partir en zone libre à Mégève . le couple s'iame d'un grand amour que rien ne peut  dissoudre  . . .  Ils ont 5 enfants Mais Louise en préfère un et de loin son fils Leonard . . .

Tandis que Juliette, elle, est l'épouse d'un préfet qui a choisi Vichy. Pendant toute la guerre, les deux soeurs devront composer avec l'absence, leurs vies bouleversées, tentant de contourner ce qui les sépare désormais. Dur dur  elles restent 4 ans sans se voir mais elles parviennent à communiquer épistolairement . c'est la chose qui m'a ennuyé dans le roman comment se fait il que les lettres n'aient jamais été interceptées ?

A Megève, Louise vit avec la peur des dénonciations et les regards accusateurs, supporte le froid et les privations, tout en tremblant pour son mari et sa fille aînée qui ont choisi la résistance. Mais c'est son fils préféré, Léonard, parti à Grenoble pour poursuivre de brillantes études, qui lui manque le plus. Pour lui et sa réussite, elle est prête à tous les sacrifices. C'est la guerre qui lui fait prendre le rôle de matriarche, autoritaire parfois, puisant dans un amour exclusif pour son fils et Juliette, le courage de se battre et de vivre. Lorsque les allemands envahissent la zone libre, elle décide de rentrer à Paris, malgré le danger, imprudente mais animée par la certitude qu'il ne leur arrivera rien. Ainsi la guerre s'achève et sa famille est sauve. C'est Juliette qui maintenant a besoin de son aide et de son pardon. Enfin, après des années de séparation et d'incompréhension, les deux soeurs se retrouvent et affrontent ensemble l'arrestation du mari de Juliette accusé de collaboration.
C'est l'histoire d'une famille fascinante que nous conte Catherine Servan-Schreiber, avec ses héros et ses héroïnes, courageux résistants, ses enfants préférés, ses figures tutélaires, toutes composant un clan soudé et puissant.