20 avril 2018

Le c à voir . . . LA FAMILLE FORMIDABLE

 

c'est trop triste !

 et bien trop tôt

media

 

Joël Santoni est un réalisateur et scénariste français,

né le 5 novembre 1943 à Fès (Maroc) et mort le 18 avril 2018

Il est le créateur

"D'UnE FAMiLLE FORMiDABLE"

 

Sa "famille formidable " doit être bien triste aujourd'hui

 

81dhtqEmQxL__SL1485_

 

Une-famille-formidable-TF1-Les-25-ans-d-une-serie-formidable_news_full

comme nous tous qui avons aimé cette belle et longue série

Posté par javi53 à 22:00 - - Permalien [#]

Le C à voir . . . ou pas d'ailleurs

RTBF 1  passe ce soir pour la seconde fois

pour celles qui ne l'ont pas vu

le film

 

1012805_fr_les_heritiers_1414674477021

 

Synopsis et détails  / D'après une histoire vraie.

Au lycée Léon Blum de Créteil, la classe de seconde 1 est réputée pour être catastrophique, tant les élèves sont inontrôlables et leur niveau général faible. Face à ces lycéens qui n'acceptent pas les règles, madame Gueguen, professeur d'histoire, leur propose un projet commun : participer au concours national de la résistance et de la déportation. D'abord réticents, les élèves acceptent toutefois de relever le défi, et se trouvent transformés par ce travail collectif autour d'un projet commun. Bientôt, l'enseignante parvient à tirer les lycéens vers le haut, malgré le scepticisme de ses collègues quant à cette étonnante initiative...

Cette success story, décrite par Ahmed Dramé dans un livre (1) , a été réalisée avec de jeunes comédiens et de vrais élèves du lycée de Créteil. On y voit une jeunesse métissée, enfermée dans l'échec ou le dédain arrogant, s'ouvrant peu à peu à la curiosité et à une forme d'estime de soi. C'est très démonstratif et, pour tout dire, limité d'un point de vue cinématographique. L'émotion naît grâce à Léon Zyguel, survivant d'Auschwitz, et à son témoignage face aux élèves bouleversés.

CRITIQUE DE jacques Morice

OUI C'EST UNE BELLE HISTOIRE ON SE LAISSE EMPORTé  . . . eh oui ON AIMERAIT QUE CELA SE PASSE COMME ça   ne fut-ce qu'une fois  DANS AU MOINS UNE CLASSE PAR éCOLE  . . . . mais bon  . . . . . on en est loin !

-----------------------------------

mais pour moi le meilleur  ce soir  et un des films qui m'a le plus choquée
une isabelle adjani  s u b l i s s i m e
ce soir sur ARTE 21 h
en tous cas je vous le conseille vivement

19055076

Posté par javi53 à 13:00 - - Permalien [#]
19 avril 2018

Le C à voir ou . . . pas

Après une journée chaude 24 ° au plus haut de la journée , le soir  , toujours avec ma kiné   - et copine -

nous sommes allées voir

 

 place

 

je ne serais pas allée  DU TOUT  si je n'avais pas encore en tête LE SENS DE LA FETE  qui  étAit le meilleur film -POPULAIRE -  de 2017 !

Date de sortie 18 avril 2018 (1h 38min)
Genre Comédie
Nationalité français
Synopsis et détails
Castro, autrefois star du petit écran, est à présent un animateur sur le déclin. Aujourd'hui, son chauffeur, Manu, le conduit à la pendaison de crémaillère de sa productrice et amie de longue date, Nathalie, qui a emménagé dans une belle maison près de Paris. Hélène, sœur de Nathalie et ex-femme de Castro, est elle aussi invitée. Quand ils étaient jeunes, ils partageaient les mêmes idéaux mais le succès a converti Castro au pragmatisme (ou plutôt au cynisme) tandis qu'Hélène est restée fidèle à ses convictions.
Leur fille, Nina, qui a écrit un livre librement inspiré de la vie de ses parents, se joint à eux.
Alors que Castro assiste, impuissant, à la chute inexorable de son audimat, Hélène tente désespérément d'imposer dans son émission une réfugiée afghane. Pendant ce temps, la fête bat son plein...
la fête bat son plein ?????? 
c'est ça leur fête ??????  (on est  très loin d' une  très pâle -pâle copie  du SENS DE LA FêTE)
MINABLE
oui on peut penser qu'il s'agit d' ARDISSON  duquel on décrit le déclin    :  même s'ils affirment le contraire dans les interviews
Dans l'émission C A VOUS  le "couple "    JAOUI  / BACRI  était invité
et après avoir vu le film je me demande encore comment on peut   intellectualiser à ce point une telle daube ??
on était contentes toutes les 2 que ça se termine  : nous étions 15 dans la salle  - 15 -
mais  j'y pense ?  C'est quoi ce titre ? on est dans un jardin privé  où bien entendu tout est dévoilé sur la place publique  grace aux portables qu'on dégaine tout au long de la soirée et  quelqsues morceaux de la "fete" se retrouve  bien evidemment  sur les réseaux sociaux c'est ça ?
même la musique est la musique (et il y en a )  préférée d'Agnes Jaoui  . . . celle qu'elle chante  

------------------------------

le pire dans ce milieu  : ce sont les critiques  . . .  des papiers dithyrambiques (SUR rtl . . dans entrée libre  . . . .  ) parce que c'est le duo jaoui bacri ?

la seule à tirer parfaitement son plan dans le film : LEA DRUKKER  allez voir le film si vous le voulez  . . .   mais  à vol d'oiseau   svp !

-------------------------------

il y a sans doute quelque chose qui m'échappe dans tout ça ??????

ça ? 

ça c'est LE CINEMA

je n'ai sans doute aucune culture

je dois vous dire  quand même que j'ai aimé VOIR VACHEMENT apprécié

CUISINE ET DEPENDANCES /

LE GOUT DES AUTRES /

UN AIR DE FAMILLE /

COMME UNE IMAGE 

et dans un tout autre genre :

LE SENS DE LA FETE

-----------------------------------

CRITIQUE DU QUOTIDIEN  le SOIR.BE

On attendait le tandem Jaoui-Bacri mordant, percutant, grinçant sur le monde qui s’agite autour de nous. On les retrouve toujours capteurs incomparables de l’air du temps et à l’affût des travers du genre humain, mais un peu trop conciliant avec leur sujet, hyper bobotisés et surtout enfonçant des portes ouvertes. En un mot, pas à la hauteur de leur réputation. Leur comédie, qui file un peu en roue libre, n’approfondit pas les personnages secondaires pourtant épatants, tourne en rond autour de deux, trois gags et atteste surtout qu’ils sont en bout de cycle. Au point de faire ressentir une sorte d’ennui. A quand leur renouvellement

Posté par javi53 à 07:30 - - Permalien [#]
10 avril 2018

le c à voir : FILM

J'ai regardé hier en seconde partie de soirée le second film de la soirée sur la RTBF 1

 suite française

quelle ne fut pas ma très grande surprise , quand   J'ai vu  dans les premières minutes  un endroit que je connais par coeur , j'ai été scotchée sur mon divan 

- LE DECOR - du film 

en même temps il y a tant de village splendie en France que je me suis dit non  pourquoi venir chez nous ?  D'autant  que c'était une très grosse production :  NON JE  REVE ? 

MARVILLE ?

m'enfin  c'est MARVILLE

Oui je sais  que  c'est une très très belle région   je la connais par coeur puisque c'est la  "gaume française"  (on le dit à BAZEILLES SUR OTHAIN et on n'est pas loin  )   que je parcours chaque été pour mes brocantes  et surtout les jours feriés quand je m' ennuie (le 15 aout surtout je n'ai jamais su pourquoi) 

j'étais distraite par la pensée alors que le film n'était pas mal du tout  :  " histoire vraie "    . . . . " un épisode romantico dramatique de la seconde guerre mondiale "  immédiatement j'ai du allumer mon PC  pour voir si je ne revais pas

ça fait drole tout de même

JE NE REVAIS PAS on était  bien à  MARVILLE   mais aussi  on ne le dit pas  ils étaient ,  on l'a vu quelques fractrions de second,  e à la citadelle de MONTMEDY 

je connais les 2 endroits dans tous leurs coins et les recoins   :  j'aime trop y faire  mes reprotages photos pour vous 

il vous suffit d'aller voir  mes categories

BALADE BELGO FRANçAISE  ou

BALADE EN FRANCE  ou

BALADE A MARVILLE  ou ou ou

LES BROCANTES 2010/2011 ETC . . . .

Donc je ne pouvais pas me tromper à partir du clocher  qui est la marque  d'un village comme un nez au milieu de la figure

MAIS   j'hésitais encore entre MONTMEDY (citadelle)    et MARVILLE   . .  .   et puis les volets peints dans des couleurs différentes  du bordeau au bleu en passant par le vert  c'est pareil à montmédy et à marville

par contre  mon dieu qu'est ce qu'ils emploient comme ANgLE  pour filmer ??  on se serait cru dans un immense espace alors qu'il est plus étroit  

Oui vous pensez bien que rien que pour ça j'ai adoré le film  

alors ce matin je suis allée  en quête de renseignements

pour vous

j'ai toujours de la matière  pour le blog  : une idée, un mot , une image à la télé , un film  aussi  un "truc" en entrainant un autre 

et paf me voilà avec un nouveau post  !

Le beau village de Marville, dans la Meuse, a des airs de forteresse assiégée depuis mercredi dernier. l'article date  20/07/2013  écrit par François PRADAYROL.

 À chaque entrée, des sortes de checkpoint auxquels les habitants du village doivent montrer patte blanche, en l’occurrence un badge plastifié, avant de pouvoir circuler ou simplement rentrer chez eux.

Des vigiles vêtus de gilets jaunes et munis d’oreillettes communiquent entre eux, avec un fort accent belge. (??)

Jusqu’à samedi prochain, l’équipe du film Suite française (production anglo-belge), inspiré du roman d’Irène Némirovsky et réalisé par le Britannique Saul Dibb, pose ses valises dans la petite commune meusienne.

Le scénario est construit autour de l’histoire d’une jeune Française qui tombe amoureuse d’un officier nazi, avec pour toile de fond la vie en France pendant l’Occupation.

Côté casting, que du beau monde :

Michelle Williams ( My week with Marilyn , Shutter Island , la série Dawson ), Kristin Scott Thomas ( Elle s’appelait Sarah , Dans la maison , Only God Forgives ), Sam Riley ( Control , Sur la route , Brigthon Rock ), Lambert Wilson ou encore l’étoile montante du cinéma belge, Matthias Schoenaerts ( De rouille et d’os , Bullhead ).

Une concentration de stars, pour le plus grand bonheur des Marvillois :

« Hier soir, j’ai réussi à obtenir un autographe de Michelle Williams et de Matthias Schoenaerts. Vraiment très sympas ! » , s’enthousiasme encore Ophélie, responsable du bureau d’informations touristiques.

« C’est vraiment bien, ça met de l’ambiance au village. Et les décors, les costumes d’époque, sont magnifiques » , témoigne Nathalie, 46 ans, qui vit sur la place principale du village.

« Ils ont tout refait comme si on était en 40, c’est impressionnant. Bon, après, ils me demandent de fermer mes volets pendant qu’ils tournent des scènes » , regrette la villageoise.

« Vivement que ça se termine ! »

Le revers de la médaille est là :

derrière le folklore du tournage, il y a toute la rigidité de la production et les règles strictes qu’elle impose aux habitants.

Certains trouvent cela peu dérangeant, comme Marie-Josée, 69 ans : « C’est normal qu’il y ait des contraintes. Ce n’est que quelques jours et cela vaut le coup pour l’image de Marville ».

D’autres supportent beaucoup moins ce type de rapports imposés : « Au début c’était tout rose, tout bien quand ils ont débarqué. Mais là, on est complètement bloqué, on peut à peine rentrer chez nous. On doit se garer tout en bas du village et se taper le reste à pied. Je pensais qu’ils bloqueraient une rue ou deux, mais pas tout le village de cette manière. Vivement que ça se termine ! » , s’exaspère Céline, 25 ans, qui ajoute : « On tient quand même à notre tranquillité ».

en rouge c'est mon avis personnel

ça ne m'étonne pas  : toujours en train de rouspéter pour tout et pour rien   . . .  pourtant quel pur bonheur de voir ainsi son village choisi par les plus grands pour tourner une grande production  pourquoi toujours faire des histoires pour rien : à force de rouspéter pour tout pour rien et surtout pour ça ??????  on ne supporrte plus vous entendre rouspéter pour la SNCF OU NOTRE DAME DES LANDES  etc . . . .

STOP  ! 

moi j'ai pris un plaisir fou a regarder le film rien que pour ça et si on vient toURner  un film avec les plus grands dans ma maison (qui est  déjà sur une liste  depuis 5 ou 6 ans pour un  décor dans une série,  un film de télé ou un film de cinéma)  et mon quartier je signe des 2 mains ET je supporte et j'apprends et je m'informe et je suis heureuse

Si quelques riverains se plaignent,  (chaque fois que je vais faire des photos il n'y a jamis personne ni dans les maisons aux voltes toujours fermés  ni dans les rues il suffit de regarder mes posts)    les commerçants, eux, se frottent les mains, comme l’ancien maire, Claude Biwer, dont le Relais renaissance est complet. « Ce qui arrive rarement. J’ai même dû embaucher du personnel pour les extras ! » , se réjouit-il. En attendant le mythique « Coupez ! » , Marville vit au rythme des stars.

autre article

La grand-place de cette petite ville de 570 habitants située dans le Nord du département de la Meuse a été choisie pour accueillir une partie du tournage.

Ce sont sans aucun doute les façades Renaissance de la place du village qui ont tapé dans l’œil de l’équipe.

Les lieux ont été réinventés par les décorateurs pour retrouver l’ambiance des années 1940 des boutiques ont été recréées, les volets repeints.

rhooooo oui ça j'ai vu  qu'il y avait eu reconstitution de boutique : trop trop beau

Ajoutez à cela des voitures anciennes et des figurants en costumes, et Marville replonge soixante-dix ans en arrière. S’ils ne peuvent accéder à la grand-place, « les touristes peuvent en revanche passer par la rue des Prêtres, et la place Saint-Benoît », explique Ophélie Hany. Au détour d’une petite rue, en arrivant contre les barrières de sécurité, les curieux pouvaient ainsi découvrir hier des chaises de cinéma marquées au nom de deux des acteurs vedettes du film, Michelle Williams et Matthias Schœnaerts

499078

Date de sortie 1 avril 2015 (1h 48min)

bc,hhf

bch,f

gfhdj

hky

s'ils sont venus en repérage pour le tournage c'est quand même que c'est beau  évidemment   . . .  c'est aussi parce que c'est en pleine campagne et on dérange le moins possible de monde . . . c'est auss i et surtout sans doute : le coût !

La commune a du recevoir une sacrée belle somme pour restaurer ce qu'il y avait à restaurer non?   si c'est faux qu'on me le dise

je me demande dans quel château ils étaient  par contre ??? 

Peut être tout à fait ailleurs et très très loin  de là

par contre :  tourner  pour voir une fraction de seconde à l'écran un endroit tel que  " les échoppes de la citadelle de MONTMEDY "    amener  TOUT LE MONDE FIGURANT  et tout  le monde des acteurs +  VOITUREs   +tanks + DéCOR . . .   TOUT ça pour  une image ? 

je ne comprends pas trop  cette quantité d'argent dépensée pour strictement rien ?

qui a vu ? je parle des gens qui ont regardé le film et qui sont d'ici ?

A part moi ? 

Quand je fais  un reportage de photos pour le blog donc pour vous :  les gens  d'ici ou de là ignorent où je les ai prises alors que certains  passent devant la porte , le mur, le jardin  :  tous les jours   . . . je les entends  et ils me le disent aussi   sur les brocantes  :  " . . .ben ça alors on avait jamais bien regardé . . . "

Il ne se passe pas un dimanche  où on ne me demande pas ce que je peux bien prendre en photo   . . .  je râle : les gens ne voient pas ce qui se passe autour d'eux ils ne voient pas  ce qui est beau chez eux . . .. on préfère c'est certain aller se balader au mexique  mais  là bas aussi ils ne seront pas plus attentifs aux choses  c'est garanti sur facture 

j'ai aussi essayé de trouver  la route de campagne sur lesquelles ils étaient en masse  lors des évacuations et des tirs d'avions  ??

je sais qu'il y a des choses qui m'ont échappé mais c'est chouette de voir au cinéma un espace dans lequel vous vivez  ou du moins que vous connaissez par coeur . . . .

donc je le répète : j'ai adoré

306404_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

mais c'est oùùùùùùùùùùùùùù . . . . les piquets ont été ajoutés (là tout tout au bord de la route non macadamisée?????)    je suis certaine

combien de fois quand il fait très beau je prends les chemins de traverses

94Z5DNOF

ok là sur la photo c'est assez juste dans l'espace

dans le film c'est immense 

et ça je n'aime pas et c'est ça qui m'a fait douter

185713_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

malgre-le-caractere-confidentiel-du-tournage-les-figurants-participant-a-la-realisation-de-suite-francaise-comme-thibault-vanier-etaient-parvenus-a-saisir-quelques-cliches

résumé

1940, en France occupée par l'Allemagne. Après la défaite de mai-juin 1940, Lucille Angellier attend des nouvelles de son mari, Gaston, retenu prisonnier en Allemagne. Elle vit avec sa belle-mère dans la plus belle maison bourgeoise d'une bourgade du centre de la France. Dès l'arrivée des Allemands, le jeune lieutenant Bruno von Falk, homme de culture et musicien, y est logé. Petit à petit, Lucille se trouve attirée vers lui.

je pense aux personnes  s'il y en a qui ont entre 80 et 95 ans ) et qui ont assisté au trounage ça n'a pas du être facile

Suite%20française%20Marville%20Pays%20de%20Montmédy%20(2)

ça ?  ça n'existe pas en réalité encore une chose qui m'a fait douter

excellent

suite_francaise__2014_1377

quelle expérience sensationnelle que de pouvoir vivre ce tournage

les images dans le film sont évidemment bien plus belles que toutes celles que j'ai trouvées

 

title-1433508674

title-1433508674

dans le film on a l'impression que la distance entre les  2 pâtès de maisons est une immense avenue c'est fou

title-1433508674

title-1433508674

title-1433508674

images decor intérieur

326990_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

504235

suite francaise -2

Suite Francaise Kristin Scott Thomas

j'adore les films  pour les décor les costumes et les ambiances ! ici les intérieurs étaient trop noirs les costumes bien mais pas complets comme je les aime dans cette période : des blouses des gilets de laine tricotés  jacquards (oui je sais je pinaille mais bon)  

couv50480574

suite française est une partition de musique

l'histoire est  vraie et jolie en tous cas

 

A VOIR SUR FR3 JEUDI 12 AVRIL 20H55

 

--------------------------------

et en première partie  de soirée

nous avions

 

252348

très joli film

par la FILLE  de JACQUES DOILLON

ENCORE UNE HISTOIRE VRAIE

Date de sortie 18 mai 2016 (1h 34min)
Nationalité français
POURTANT ON NE RECONNAIT QUE 2 ACTEURS ET ILS SONT BELGES   CELCILE DE FRANCE et STEPHANE DEGROODT 

 

résumé

Du haut de ses 12 ans, Fanny a la tête dure ! Mais c'est surtout une jeune fille courageuse qui, cachée dans un foyer loin de ses parents, s’occupe de ses deux petites sœurs.
Devant fuir précipitamment, Fanny prend alors la tête d’un groupe de huit enfants, et s’engage dans un dangereux périple à travers la France occupée pour rejoindre la frontière suisse.
Entre les peurs, les fous rires partagés et les rencontres inattendues, le petit groupe fait l'apprentissage de l'indépendance et découvre la solidarité et l'amitié

LES 3 SOEURS N'ONT PLUS JAMAIS RETROUVÉ LEURS PARENTS

gjht

e x c e l l e n t s 

j'ai aimé la petite JULIANE LEPOUREAU ses mimiques sa façon de parler    : 13 films à son actif tout de m^me y a des gosses faits pour ça c'est fou

fvgfdh

--------------------------------------------

19-07-13%20ER%20suite%20française

 

30-03-14%20Marville%20village%20préféré%20des%20français

31-07-13%20(2)%20clap%20de%20fin%20suite%20française%20marville%20montmedy

31-07-13%20clap%20de%20fin%20suite%20française%20marville%20montmedy

16ZKMKZB

17-07-2013 Tournage Marville

19-07-13%20ER%20suite%20française%20premiere%20page

12-08-08_tournage_rac_ailes_marville

mais aussi

12-08-13_equipe_tournage_ville_haute

12-06-15_tournage_france3-2

12-06-15_tournage_france3-1

12-08-25-clip_palatine-2 (1)

 29-09-12 racines et des ailes montmedy

 12-08-21_tournage_rac_ailes_avioth-1 (1)

12-08-21_tournage_rac_ailes_avioth-2

Posté par javi53 à 09:00 - - Permalien [#]
07 avril 2018

Le C à voir : EMISSION DE TELE

P1140895

ce samedi il fait magnifique c'est un printemps comme je les aime  zut on dirait qu'ils annoncent de la pluie pour demain dimanche ?  non mais et ma broc alors ?  de toutes façons vraiment je n'ai guère envie d'y aller  - je vous le promets que c' est vrai - on voit la m^me chose on voit les même gens  je ne sais plus faire aucune photo sinon ça devient ridicule  . . . . on verra

je regarde LA  BBC ONE

très souvent surtout quand je ne suis pas à la maison

Escape-to-the-Country fereer

Escape-to-the-country

je visite des maisons  de reve

EscapeToTheCountry

manorhouse

 

ET

AVANT HIER C' était 

une "  escape "  mais sur le continent

les anglais sont férus d'authenticité de vérité  de beaux matériaux (je parle de ceux qui ont les moyens et le gout)

ils adorent la France l'italie un peu l'espagne le portugal mais il faut leurs présenter  des maisons authentiques de caratère

et bien entendu ils sont étonnés du prix  car en angleterre oulalalala  en dessous de  700.000 livres pfffffffffffff

 

excellent l italie trop bon

et ils étaient en ITALIE

dans une région où les toitures étaient trop rigolotes

TROP TROP BON des visites d'enfer autre chose que chasseurs d'appart et c'est du sérieux

Posté par javi53 à 13:00 - - Permalien [#]

04 avril 2018

Le c à voir : FILM

LUNDI DE PÂQUES , après midi sur la RTBF 1 ,   J'ai re - re gardé  un joli très joli film et j'ai encore passé un excellent moment

ok c'est un film  un  peu gnangnan un peu cuculapral mais je n'ai pas honte de dire que C EST  exactement TOUT TOUT TOUT CE QUE J 'aime 

ça me fait rêver

J'aime trop cette ambiance qui me berce et me ramène à mon enfance

j'aime les actrices

j'aime les costumes

j'aime l'époque

j'aime trop les décors

j'aime l'histoire aussi

il s'agit du film

l'école de tous les talents

resize

363711_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx   3237622451_1_13_9JkqTwCl

original-640810-328   3237622451_1_3_UzeiCa0t

voici la la bande annonce

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19407747&cfilm=136099.html

 

 

Date de sortie 22 juillet 2009 en DVD (1h 25min)
Genres Drame, Famille
Nationalité britannique

résumé

Dans le Londres des années 30,  un explorateur d'un age certain rentre  dans sa belle grande demeure avec dans ses  bagages ,  une année : un bébé fille ,  l'autre année  un autre bébé fille et plus tard encore une autre petite fille  encore  bébé
C'est sa jeune nièce et sa dame de compagnie qui gere tout
maintenant elles ont la responsabilité de 3 orphelines, Pauline, Petrova et Posy
Les 2 femmes vivent le plus souvent  entre elles   . . . elles vont donc non seulement gérer l'entretien de l'immense maison mais aussi de l'éducation des 3 petites filles 
L'explorateur  habitué à être absent du pays : laisse de quoi vivre pour au moins 5 ans
Grand collectionneur ,  des vertébrés  occupent une partie des grandes pièces de la demeure
Mais cela devient de plus en plus difficile d'assumer  :  les 2 femmes ne s'en sortent plus
Elles décident alors de vendre toute la collection puisqu'elles n'ont plus de nouvelle de l'explorateur depuis plus de 12 ans
Elles décident alors de faire de la demeure une maison d'accueil  - des chambres d'hotes  -     3 chambres vont leur rapporter de quoi survivre tant bien que mal  car l'éducation des filles coûte une fortune
Les années passent passent passent  et les filles grandissent  et sont très demandeuses . . . .
 
un joli film sur l'ambition . . .  sur le féminisme aussi

Posté par javi53 à 09:00 - - Permalien [#]
03 avril 2018

Le c à voir : FILM

je vous l'ai  déjà conseillé

http://vip53.canalblog.com/archives/2014/10/01/30685044.html

ça alors j'ai l'impression que c'était l'an dernier  non mais franchement on parle de 2014 ????????? 

arretez le temps svp arretez le temps

help ! ! ! ! ! !

il passe sur arte 20h55 mercredi 4 avril

 

Dans-la-maison-affiche

je n'apprécie pas ce monsieur du tout

par contre je me rends compte que les films que j'ai regardé  avec lui m'ont plu mais je n'a*en ai pas vu non plus des kg 

erttimages5537VTHPqzeasans-titre

j'ai vraiment aimé

parce que  je trouve que  CES FILMS  sont la parfaite représentation de ce qu'est le bon

cinéma français

et puis quand des films sont PROPRES dénués de toute perversité doux calmes intimistes

    pour moi c'est déjà une réussite  

Posté par javi53 à 13:00 - - Permalien [#]
28 mars 2018

le C à LIRE OUI MAIS QUEL TITRE ET AVEC QUI ?

je ne sais de quel film il s'agit ni avec qui

en tous cas c'est tourné  en partie chez nous àARLON  et en avril à SAINT HUBERT

gyu§'u!

78fa462b-306e-4956-943e-854035d13965_original

B9715217090Z

e§tèu§

etyuet

etyuet

gyu§'u!

 

Posté par javi53 à 18:00 - - Permalien [#]
15 mars 2018

Le c à voir : mini série que je pense "wouahhhhhh"

je pense que c'est à voir

ce soir sur fr3

mais comme j'aime   -  NON j'adore -  l'acteur JAMES NORTON   (j'aurais 30 ANS DE MOINS  il serait pour moi)  

.236311_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

rtg

Origine : Grande-Bretagne
Créatrice : Sally Wainwright
Réalisateurs : Euros Lyn, Sally Wainwright, Tim Fywell.
Distribution : Sarah Lancashire, Siobhan Finneran, James Norton, Charlie Murphy, George Costigan, Joe Armstrong…
Genre : Drame/Thriller
Nombre d’épisodes : 6

Le Pitch :
Dans le West Yorkshire en Angleterre, le sergent Catherine Cawood tente de faire respecter la loi, en pourchassant notamment les nombreux dealers qui ont fait de cette région, l’une des plaques tournantes d’un trafic croissant. Catherine qui apprend un jour que Tommy Lee Royce, l’homme qui a violé sa fille, provoquant le suicide de cette dernière, vient de sortir de prison.

Obsédée à l’idée de punir celui qui a plongé son existence dans un marasme de colère et de tristesse, elle décide de le pister, sans se douter que de son côté, le criminel s’est impliqué dans une affaire d’enlèvement…

D'abord avare en détails, il finit par craquer et explique qu'il a organisé un complot consistant à enlever la fille de son patron, dans le but de recevoir une rançon suffisante, lui permettant de mettre ses enfants dans une école privée. Mais, maintenant que le caïd du trafic de drogue local, David Cowgill, a mis le plan en action, Colin réalise l'horreur et la dangerosité de son projet. L'enlèvement de l'excentrique et colérique Ann Gallagher a lieu accompagné de ses retombées. Dès lors, Catherine s’évertue à rassembler les pièces du puzzle. Pour la jeune femme, retrouver Ann et traduire ces ravisseurs en justice est l'occasion de venger la mort de sa propre fille.

pardon mais quand je lis le PITCH ça ne me donne pas envie

mais oui je vais regarder évidemment puisque

c'est anglais

happy-valley-saison-1  Programmes-tv-du-lundi-31-aout-Sarah-Lancashire-eblouissante-dans-la-serie-Happy-Valley

Siobhan Finneran j'aime aussi  cette actrice  :  souvenez  - vous d'elle  DANS DOWNTON ABBEY  évidemment  . . .   L' habit fait le MOINE puisque j'aurais pu poser la question a tous ceux qui ont vu la série  personne ne l'aurait reconnue (j'ai fait un sujet sur ce sujet justement)  

siobhan-finneran

 

.rtyrz  La Critique :
Les américains ont HBO. Les anglais eux, ont la BBC.
Dans les deux cas, la qualité est au rendez-vous, tout comme l’assurance de voir régulièrement débouler des fictions de haut-vol.
Les pépites se succèdent depuis longtemps dans le poste.
Les exemples sont légion et Happy Valley, dont le premier épisode fut diffusé là-bas en avril 2014 de s’inscrire non seulement dans une noble tradition, mais aussi dans la lignée de ces œuvres capables de transcender leur sujet sans donner l’impression d’en faire des tonnes.

À la base d’Happy Valley, aucun concept vraiment accrocheur ni aucune star. Contrairement au hit Broadchurch, dont Happy Valley se rapproche sur certains points, et qui pouvait compter sur David Tennant, le Docteur le plus populaire de l’Histoire des séries, le show en 6 épisodes de Sally Wainwright repose notamment sur le charisme d’une actrice certes connue outre-Manche, mais pas non plus extrêmement populaire. Sarah Lancashire, c’est son nom, étant surtout appréciée pour avoir tenu l’un des premiers rôles du soap Coronation Street.

Visuellement, Happy Valley ne mise pas non plus sur du spectaculaire et prend pied dans une bourgade moite et morne d’une Angleterre qui semble s’être figée depuis l’après-guerre. Mais alors, qu’est-ce qui fait de cette série, l’une des meilleures de récente mémoire ?
C’est simple : tout..

La discrétion avec laquelle Happy Valley a imposé son génie, sa puissance et sa propension à chambouler de nombreux codes sont à la base de son succès. Dès les premières minutes, elle sait alors se montrer fortement addictive, allant jusqu’à ne pas lâcher son emprise avant le tout dernier plan du sixième et ultime épisode de cette première saison remarquable.


Sarah Lancashire n’est bien sûr pas étrangère au magnétisme de cette fiction exemplaire.

Armée d’un charisme indéniable, elle fait montre d’une présence dont peu peuvent se vanter et contribue à conférer à la série une large part de sa personnalité. Son personnage, Catherine, n’est pas un flic comme les autres. C’est un bon flic mais un flic torturé par un passé sombre. Jusqu’ici, rien de bien nouveau mais comme souvent quand on parle d’œuvres misant sur l’écriture plutôt que sur un sensationnalisme facile, c’est le traitement qui fait toute la différence. Sally Wainwright ayant tout misé sur un réalisme âpre.

Que ce soit au niveau de l’écriture donc, mais aussi de la réalisation.

Son héroïne est ainsi extrêmement stimulante en cela qu’elle incarne une résistance à double tranchant et appelle très vite à une identification persistante. Qu’on la suive sur le terrain, face à des criminels qu’elle mate avec une vigueur incroyable, ou dans le privé, quand elle tente de maintenir à flot une existence dont les fondations ont été mises à mal par un drame qui ne cesse de faire résonner son écho, le parcours de Catherine Cawood est passionnant.

À elle toute seule, Sarah Lancashire se fait le vecteur d’une émotion palpable, à fleur de peau. Son personnage d’écorchée vive, personnifie une persistance ahurissante, et donne au script, déjà exceptionnel, une résonance tout aussi spectaculaire. Surtout qu’à côté, les autres comédiens n’ont de leçon à recevoir de personne.

Les collègues, les membres de la famille et ce bad guy, le fameux Tommy Lee Royce, campé par un James Norton glaçant, dont l’ascension au fil des 6 épisodes marque de manière croissante les esprits jusqu’à incarner un mal insidieux, mais aussi beaucoup moins unilatéral que parfois.

Contrairement à Broadchurch, qui, dans ces deux saisons, mise sur le mystère quant à l’identité du tueur ou encore quant à la véritable nature des protagonistes, Happy Valley donne toutes les clés au spectateur. Un peu comme dans Columbo, on sait qui a fait quoi, comment et pourquoi. Un stratagème que Sally Wainwright (qui non contente de produire et de porter la série, l’a aussi écrite dans son intégralité) s’approprie pour livrer au final un pur polar, mais aussi un authentique drame humain, aux répercutions éloquentes.

Vous l’aurez compris, Happy Valley n’illustre pas juste une enquête.

L’enquête, d’ailleurs, est presque secondaire, tant qu’elle ne vient pas croiser les propres velléités du personnage central, dont le déchirement, entre rester du bon côté de la loi et céder à ses pulsions de vengeance, constitue le vrai centre névralgique d’une narration reposant sur un mécanique aussi bien huilé que redoutable.
Aucun accro ne vient ralentir la progression d’une histoire superbement ficelée, à la fois émouvante, puissante, violente et toujours très réaliste. Happy Valley, dont le titre sonne avec une délicieuse ironie, gagne ses galons par la seule force de sa sincérité et de sa capacité à faire du neuf avec du vieux. Elle mise sur les anciens codes sans se soucier des courants et des modes. À l’image de cette région, comme indiquée plus haut, un peu hors du temps, elle s’appuie sur une dynamique connue qu’elle adapte à ses personnages.

.Le format, 6 épisodes d’1 heure, est aussi parfaitement maîtrisé et pertinent.
Le rythme est impeccablement calibré.
On ne s’ennuie jamais, que ce soit quand le script tente avec brio les rebondissements, sans jamais faire de sortie de route, où lorsqu’il suit le quotidien chaotique de Catherine Cawood.
C’est franchement brillant, d’autant plus quand la réalisation met ses fameux coups d’accélérateur, sans perdre de son vue son objectif, ni l’émotion qui imprime chaque image.
Même le générique, composé par Jake Bugg, le petit prince de la pop à l’anglaise, fait office de modèle du genre, tout en décalage, comme une façon de rappeler que sous son sérieux apparent, Happy Valley ne renie pas pour autant un héritage qu’elle sait utiliser à ses propres fins.

En Bref…
Merveille de narration, la première saison de Happy Valley fait preuve d’une incroyable maîtrise. Devant la caméra, la révélation Sarah Lancashire impose un personnage puissant, tandis que se déroule sous nos yeux une trame palpitante et déchirante à plus d’un titre. Un must !

@ Gilles Rolland


eh bien  . . .  si j'en crois ce que je lis
je vais me régaler  . . . et vous aussi

Posté par javi53 à 12:00 - - Permalien [#]
12 mars 2018

Le c à voir : mini série wouahhhhhhh

 

je vous "supplie" de regarder

cette mini série de 4 épisodes

elle est  passée ce jeudi 8 mars  dernier sur ARTE

vous pouvez la regarder encore en replay 

 

“Sous influence” : une femme mise à l’index

RéSUMé

Une quinquagénaire violée est poussée par un tribunal à avouer un adultère.

Adaptée du best-seller de Louise Doughty, la série “Sous influence” a fait débat outre-Manche.

 

C'est dans l’un de ces petits recoins dont Londres regorge. Quelques dizaines de mètres carrés de tranquillité à l’écart du tumulte de la ville, quelque part entre les pelouses bucoliques de St James’s Square et l’agitation de Piccadilly Circus. Une discrète percée parmi les immeubles de briques, dont le nom évoque la promesse d’une échappée charmante loin de la grisaille quotidienne : Apple Tree Yard. Un endroit caché et exigu, à l’origine du titre du best-seller de Louise Doughty – dont l’adaptation télévisée est aujourd’hui diffusée par Arte – parce qu’il a déterminé le sort de son héroïne, Yvonne Carmichael (magistrale Emily Watson), faisant subitement basculer son histoire du drame sentimental au thriller judiciaire.

Apple Tree Yard est en effet le lieu privilégié où s’épanouit la liaison extra-conjugale que cette mère de famille quinquagénaire, généticienne à la carrière accomplie et à la vie sociale sans remous, entretient avec Mark, mystérieux haut fonctionnaire rencontré dans les couloirs du Parlement.

Les rendez-vous secrets et les étreintes furtives, partagées là où trônait autrefois un pommier – l’arbre du fruit défendu qui valut à Adam et Eve les foudres divines ! –, prennent fin brutalement.

Au terme d’une soirée arrosée, Yvonne est violée par un de ses collègues.

Puis l’étau se resserre autour de la femme adultère, prise dans un engrenage infernal qui l’amènera bientôt à devoir se défendre devant un tribunal

 

Série dramatique par Louise Doughty

1 seule saison 4 épisodes à la suite

Nationalité : britannique

Avec : Ben Chaplin, Emily Watson, Mark Bonnar ... Voir la distribution

Année : 2017

 

autre synopsis

 

Ce thriller britannique en quatre volets proposés au cours de la même soirée, met en scène une biologiste de 52 ans, Yvonne Carmichael, qui semblait avoir tout pour être heureuse, et surtout, une vie bien rangée. C'était sans compter sa rencontre avec Mr X, qui va, à la suite d'un rapport torride et inattendu dans un lieu public, chambouler ses principes et faire redécouvrir à cette femme mariée les affres de la passion. Mais un évènement terrible va ensuite faire basculer l'idylle des deux amants dans l'horreur.

Adaptée d'un roman intitullé "Apple Tree Yard", cette série qui nous vient d'Outre-Manche s'était déjà faite remarquée lors de l'édition 2017 de Séries Mania, en entrant dans le top cinq des favoris du festival.

Ce succès est sans doute dû, en plus d'un scénario qui sait tenir le spectateur en haleine, à son actrice principale, Emily Watson.

Celle qui prête ses traits à l'héroïne de Sous Influence n'en est en effet pas à son premier succès. La star a déjà été nommée à deux reprises aux Oscars, dont une fois pour son tout premier rôle en 1996, dans Breaking the Waves de Lars Von Trier.

Si son visage vous est familier, c'est sans doute aussi à cause de Cheval de guerre de Steven Spielberg, ou Une merveilleuse histoire du temps, ou encore peut-être l'avez-vous vue plus récemment dans le second opus de Kingsman. À cette comédienne chevronnée vient se joindre Ben Chaplin, qui avait déjà été son partenaire dans film Le Dragon des Mers - La Dernière Légende, en 2007. L'acteur qui incarne Mr X a lui aussi une belle carrière à son actif, que ce soit grâce au Portrait de Dorian GraySnowden et Tarzan sur grand écran, ou avec de nombreuses apparitions dans des séries britanniques.

GJHDTG

sous-influence

sous-influence-image-episode-1-2048x1302

sous-influence-image-episode-3

 

Passion, noirceur et secrets sont au rendez-vous dans "Sous influence" .
Laissez-vous transporter dans les intrigues de ce thriller londonien, où l'adultère réveille de bas instincts
Louise Doughty

Posté par javi53 à 22:30 - - Permalien [#]