27 février 2020

L'avant-après MA MAISON AMBIANCÉE

 

 les ambiances à la maison

 

a copier pour le fixe-003

a copier pour le fixe

neige dddd2

P1000057

P1000040

P1000058

cliché pris du salon  ET je n'avais pas vu que ce que je prenais en photo se reflétait dans le haut miroir situé au SALON

P1000059

P1000061

P1000062

P1000063

Posté par javi53 à 20:45 - - Permalien [#]

Le C à LIRE : LA CRISE SANITAIRE MONDIALE

LE FIGARO SANTé

eytuetu

l'histoire se répète toujours encore et encore

alors pourquoi ne pas s'intéresser à cette grippe dont tout le monde 

entre 60 et 99 ans connait le nom et en a entendu PARLER 

yjdj

L'agent infectieux serait né d'une souche humaine et de gènes aviaires.

le corona ne vient il pas d'une bestiole que quelqu'un aurait mangé 

La pandémie 

PANDÊMIE c'est  LA PLUS LARGE ZIONE DE CONTAMINATION   C'est à dire DANS LE MONDE ENTIER   et c'est exactement ce qui se passe avec le CORONA

Ê1PIDÊMIE CELA SE PASSE DANS UNE R2GION OU UNIQUMENT DANS UN PAYS point  

 

ici oui il s'agit  DONC BIEN ENTENDU d'une PANDEMIE  : sinon qu'on m'explique  ou alors y a t il une troisième nom ? 

LA PANDEMIE  de grippe espagnole, responsable de 25 à 50 millions de morts à la fin de la Première Guerre mondiale, a marqué l'inconscient collectif au point d'incarner l'essence du fléau épidémique, au même titre que la peste.

Ces dernières années, les recherches se sont multipliées sur son origine mystérieuse.

La grippe espagnole, baptisée ainsi parce que l'Espagne, non concernée par le secret militaire, fut la première à la mentionner publiquement, fut dévastatrice, touchant quasiment tout le globe. Malgré un taux de mortalité de «seulement» 2 à 4 %, elle fit des dizaines de millions de morts, dont 165 000 en France.

La plupart des victimes mouraient de surinfection bactérienne, qui se déclarait au bout de 4-5 jours et conduisait au décès une dizaine de jours après les premiers symptômes grippaux, en l'absence, à l'époque, d'antibiotiques. 

1.ON NE SOIGNE PAS UNE GRIPPE AVEC LES ANTIBIOTIQUES

2. puisque  les antibiothiques ne sont absolument  pas automatiques

3.on sait là maintenant que ce virus ne se soigne pas avec des antibiothiques  . . .si ?????  moi j'ai entendu qu'elle ne se guérit pas d'un coup de baguette magique  elle  se "dissout"  seule  chez les plus costauds  . . . 

oui j'ai mon CAP de médecin

selon les travaux de Michael Worobey, professeur de biologie à l'Université d'Arizona, le virus responsable de la grippe espagnole est né de la combinaison d'une souche humaine (H1), provenant de la grippe saisonnière H1N8, en circulation entre 1900 et 1917, avec des gènes aviaires de type N1. Ainsi naquit, en 1917 ou 1918, une souche H1N1, lointain ancêtre de la variante qui fit trembler le monde en 2009.

10.000 fois plus virulente

 

La première vague de grippe espagnole, au printemps 1918, fut assez peu virulente. Mais la seconde, à l'automne suivant, à la suite d'une probable mutation, s'avéra bien plus agressive, notamment, contre les jeunes adultes âgés de 25 à 29 ans (les victimes traditionnelles de la grippe étant les bébés et les personnes âgées).

«Le virus de la grippe espagnole, que l'on est parvenu à resynthétiser en laboratoire pour les tester sur des singes, était 10 000 fois plus virulent que la souche H1N1 qui circulait en 2005», précise Patrick Berche, professeur de microbiologie à l'hôpital Necker (Paris).

 

Pour le Pr Worobey et ses confrères, la vulnérabilité inattendue des jeunes adultes s'explique non pas par les caractéristiques du virus, mais par les antécédents des victimes. Les individus qui avaient entre 20 et 40 ans à la fin de la Première Guerre mondiale sont nés dans les années 1880 et 1890. Or, à cette époque, la grippe saisonnière en circulation était de type H3N8. Cette génération n'a donc pas été immunisée contre les virus de type «H1».

 

À cela s'ajoutent les circonstances particulières de la fin de la guerre, favorables à la circulation des virus, rappelle le Pr Berche: «De mauvaises conditions sanitaires, des populations affaiblies et de grands rassemblements.»

«On pense que la grippe espagnole est apparue d'abord au Kansas où elle a contaminé de jeunes soldats américains, qui étaient réunis trois mois dans des camps de formation militaire, à raison de 50 000 à 70 000 individus, (combien y avait il de personnes hier au MATCH  ??? °) avant de traverser le pays et de prendre la mer pour l'Europe», explique l'expert français.

je me demande toujours pourquoi ces trucs là viennent toujours de très loin et jamais du village d'à coté

 ----------------------------------------

dans

SCieNCeS AVeNiR

La pandémie s'est répandue à travers le monde en  3 vagues,

la première au printemps 1918 peu mortelle

puis  2 autres bien plus virulentes  (en automne)  en raison probablement de mutations du virus qui l'ont rendu plus agressif.

- Virus -

Le virus grippal à l'origine de cette pandémie est de type A(H1N1), comme celui de la pandémie grippale de 2009 (qui a fait 18.500 morts selon le bilan officiel de l'OMS et autour de 200.000 décès selon deux estimations postérieures).    On estime que tous les virus grippaux de type A circulant aujourd'hui chez les humains sont des descendants directs ou indirects de la souche du virus de 1918, mais d'une bien moindre virulence.

- Jeunes adultes -

Alors qu'aujourd'hui les épidémies de grippe saisonnière sont surtout dangereuses pour les personnes âgées et les jeunes enfants, la grippe espagnole avait pour caractéristique de frapper surtout des jeunes adultes. Sa cible privilégiée était les personnes de 20 à 40 ans.

- Virulence -

Ce virus grippal était surtout dangereux pour les poumons, provoquant de graves engorgements des voies respiratoires qui asphyxiaient littéralement les malades.   La gravité de l'épidémie s'explique aussi par la guerre : les mouvements de troupes ont facilité la propagation du virus, les blessures et privations ont diminué les défenses immunitaires.

- Impact mondial -

Il n'existe pas de bilan chiffré précis de cette épidémie. Les calculs anciens faisaient état d'environ 21 millions de morts. Mais d'après des estimations plus récentes, environ un tiers de la population mondiale a été infectée et 50 millions de personnes au moins ont péri.  

Les chercheurs Niall Johnson et Juergen Mueller ont même estimé en 2002 que le "bilan réel" de l'épidémie pourrait être de l'ordre de 100 millions de victimes.  Très peu de régions dans le monde ont échappé à la pandémie. 

L'Australie figure parmi les pays les moins touchés grâce à une politique stricte de mise en quarantaine c'est plus facile pour les ILES si grandes soient elles  

La création en 1922, dans le cadre de la Société des Nations (SDN), du Comité de la santé et de l'Organisation d'hygiène, ancêtres de l'actuelle Organisation mondiale de la santé (OMS), répondait en partie à la volonté de mieux combattre ce type de fléau.

- Victimes célèbres -

Parmi les victimes fameuses de la grippe espagnole :

le peintre autrichien Egon Schiele mort le 31 octobre 1918,

le poète français Guillaume Apollinaire (9 novembre 1918),

son compatriote dramaturge Edmond Rostand (2 décembre 1918).

Sources: AFP, OMS, Centers for Disease Control and Prevention (CDC), publications scientifiques dont PNAS et Bulletin of the History of Medicine.

What do you want to do ?
New mail

Posté par javi53 à 13:30 - - Permalien [#]

Les ambiances hivernales . . .

il est 11h +4,3°

ça commence à tomber DRU gris couvert triste 

P1000067

P1510447

P1510448

P1510449

P1510450

P1000067

a copier pour le fixe-001

a copier pour le fixe-002

P1000070

neige dddd1

P1000072

P1000075

12h

neige dddd

P1510451

P1510453

neige dddd-001

P1510454

P1510458

P1510456 P1510459

P1510465 P1510466

P1510458

P1510460

P1510461

P1510456

avec portable

avec le portable (mdr) 

Posté par javi53 à 11:00 - - Permalien [#]

LE C à LIRE . . . suite SANTÉ les idées reçues . . .

il  fait  + 4,6° à cette heure et il neigine

 Manger moins gras, le conseil qui fait grossir

Alors j’ai décidé de la compléter avec 4 autres gros mensonges :

Mensonge n°9 : Manger gras est mauvais pour la santé

Le gras, c’est la vie !

L’être humain peut se passer de sucre (car il peut produire du glucose à partir de ses réserves de graisses et des protéines)… mais il ne peut pas se priver de bonnes graisses. 
Nous sommes, par exemple, incapables de fabriquer nous-mêmes les fameux oméga-3, si précieux pour le bon fonctionnement de notre cœur et de notre cerveau.   Voilà pourquoi notre alimentation doit impérativement comporter des graisses comme l’huile de colza ou les sardines, riches en oméga-3.

De plus, se priver de gras, c’est aussi se priver d’aliments délicieux et excellents pour la santé comme :

  • L’avocat – rempli de fibres et de potassium ;
  • Les noix, amandes et noisettes – pleines de vitamines ;
  • Le chocolat noir – bourré d’anti-oxydants ;
  • Les œufs – remplis de choline.

Et pour couronner le tout, éliminer le gras, c’est faire de sa vie un véritable enfer
Car non seulement le gras est ce qui donne du goût à vos recettes, vos sauces et vos assaisonnements... mais c’est aussi ce qui vous tient le plus « au corps ». 
Si vous vous en privez, vous risquez d’être tenaillé par la faim en permanence. 
Et ce ne sont pas les glucides qui vont vous aider à vous « caler », car elles n’offrent pas la même sensation de satiété que les graisses.

C’est même le contraire qui est vrai : plus vous mangez des sucres rapides, plus vous avez envie de vous jeter sur les aliments les moins recommandables, comme les glaces ou les tartines de Nutella.
Voilà pourquoi l’injonction de « manger sans gras » est l’un des pires conseils que l’on puisse vous donner pour votre santé. 
Et ce, d’autant plus que manger moins gras oblige à prendre beaucoup de féculents !

Mensonge n°10 : Avalez des féculents à chaque repas

Si l’on en croit le Programme National Nutrition Santé (PNNS), vous devriez avaler chaque jour un maximum de féculents : pâtes, pommes de terre, pain, céréales, légumineuses.
Ce seraient des sucres « complexes », nous dit-on, et donc des « sucres lents ».
C’est vraiment se moquer du monde, car cela fait au moins 20 ans que l’on sait que la plupart d’entre-eux sont en réalité des sucres rapides, avec un indice glycémique élevé.
On l’a vu pour le pain, mais c’est également le cas des pommes de terre et, dans une moindre mesure, du riz blanc et des pâtes. Comme tous les sucres rapides, ils sont donc à éviter.
Préférez les féculents qui ont un indice glycémique bas ou modéré, comme le riz thaï semi-complet, le sarrasin, la patate douce ou les légumineuses.
Mais sommes-nous obligés d’en consommer à chaque repas, comme le PNNS nous le demande ?
Pas du tout : en fait, cela dépend totalement de votre métabolisme personnel et de votre niveau d’activité physique.
Si vous êtes très sportif, ou que vous faites un travail manuel intense, alors vous avez effectivement besoin d’une dose importante de glucides. Les féculents vous fournissent l’énergie dont votre corps a besoin pour l’effort.
Mais si vous êtes assis toute la journée derrière un bureau, manger des féculents risque de vous faire plus de mal que de bien… à commencer par vous faire grossir !
Toutes les études récentes le montrent  : un régime pauvre en glucides a de bien meilleurs effets que le régime « féculent » recommandé par le PNNS :

  • Sur la perte de poids  et en particulier sur la graisse abdominale ;
  • Sur le niveau de la pression artérielle  ;
  • Sur le niveau du taux de sucre sanguin  ;
  • Et sur le niveau des triglycérides  ;

Voilà de bonnes raisons de réduire les féculents ! C’est même la première chose à faire si vous cherchez à maigrir :


Mensonge n°11 : pour maigrir, réduisez les calories 


Si l’on en croit les nutritionnistes officiels, pour maigrir, il suffirait de réduire les calories. Et comme les graisses (lipides) contiennent plus de calories que les glucides, ils vous conseillent en priorité d’éliminer les aliments « gras » ! 
Ce serait logique si toutes les calories se valaient. Mais comme nous l’avons vu, ce n’est absolument pas le cas… et c’est donc un conseil désastreux. 
Avant de réduire le nombre de calories avalées, il faut d’abord se préoccuper de consommer des calories qui procurent un sentiment de satiété et de sérénité.
Et savez-vous pourquoi la plupart des régimes amaigrissants se soldent par un échec retentissant ?

Pour des raisons hormonales : lorsque vous vous privez de nourriture, vous faites subir à votre corps un véritable stress. [6] Et lorsqu’il est stressé, votre corps produit davantage de cortisol… une hormone qui augmente mécaniquement votre sensation de faim et votre appétit. [7] 

Ainsi, pour « récupérer » du stress que vous lui faites subir par votre régime, votre organisme vous réclame des aliments caloriques, gras et sucrés de préférence.

Vous êtes donc soumis au supplice de la tentation… au moment même où vous cherchez à éviter les calories !

Voilà pourquoi votre priorité, si vous cherchez à maigrir, ne doit pas être de manger moins, mais :

  • De manger mieux : plus de protéines, de végétaux et de bonnes graisses, moins de produits industriels et moins d’aliments à indice glycémique élevé ;
  • De lutter contre le stress de votre vie quotidienne, notamment par des exercices de respiration et de relaxation ;
  • Et de veiller à dormir suffisamment, car la privation de sommeil est un stress chronique qui, lui aussi, augmente considérablement votre appétit !

Si vous faites tout cela, il y a de bonnes chances que vous observiez votre poids revenir à la normale, sans rien faire d'autre.


Mensonge n°12 : Buvez l’eau du robinet sans inquiétude


L’eau est « l’aliment » le plus important pour votre santé, de très loin. Vous avez intérêt à en boire suffisamment… et à vous assurer qu’elle est de bonne qualité !

Avec l’eau du robinet, il est, malheureusement, très difficile d’être serein. Nos gouvernements ont beau nous assurer qu’elle ne pose aucun problème, la réalité est qu’elle contient un cocktail de produits chimiques tout sauf rassurant.
Il y a d’abord des doses de nitrates et de pesticides. Régulièrement, les niveaux d’alerte sont dépassés dans certaines communes.

C’est bien connu… Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.
Car il y a des substances au moins aussi dangereuses que les autorités ne mesurent pas : ce sont les « résidus médicamenteux ».
D’après les plus grands experts toxicologues, comme le Professeur Jean-François Narbonne, on trouve désormais dans l’eau du robinet des doses significatives de pilules contraceptives et d’antibiotiques… des substances qui font des dégâts sur nos hormones et notre flore intestinale.
Malheureusement, les stations d’épuration en France ne sont pas prévues pour purifier l’eau de ces produits chimiques modernes.

Elles se bornent à la « désinfecter ». Et pour cela, elles utilisent du chlore, ce qui pose un autre problème sérieux, car c’est aussi une substance toxique, soupçonnée d’être cancérigène.
Et ce n’est pas fini : car pour arriver jusqu’à votre robinet, l’eau doit bien passer par des tuyaux.Or le revêtement de ces tuyaux peut contenir des phtalates (un perturbateur endocrinien) ou même du plomb (un dangereux neurotoxique).

Il y a beau avoir des « normes sanitaires », la vérité est que personne n’a la moindre idée de l’impact qu’un tel cocktail chimique peut avoir sur notre santé.
Dans le doute, mieux vaut privilégier l’eau en bouteille ou installer un système de filtration de qualité dans son foyer.


12 gros mensonges à partager autour de vous !


Voilà pour les 12 plus gros mensonges !
J’ai mis à jour l’article sur le site Internet, et je vous invite à le partager (ou re-partager) à tous vos proches, maintenant qu’il est complet !
Si vous êtes convaincu vous aussi du danger de ces contre-vérités, aidez-moi à diffuser cette page au plus grand nombre de personnes possible, par e-mail ou sur Facebook (ici) !
C’est notre seule arme à nous, petits Poucets (ou petits colibris :) ) contre la puissance de l’industrie agro-alimentaire.

Voici l’adresse de l’article : https://www.sante-corps-esprit.com/mensonges-alimentation/ 
J’espère vraiment que vous participerez à ce mouvement d’information pour une santé globale et durable.



Et quelques mensonges supplémentaires :


Vous m’avez aussi signalé d’autres mensonges. Ils sont sans doute moins dramatiques que les 12 premiers, mais ils méritent que je vous en dise un mot :« manger des produits allégés, car ils sont plus mauvais pour la prise de poids » (Verraux)

C’est tout à fait juste : les produits industriels allégés en graisse sont à éviter à tout prix ! Car la graisse est généralement remplacée par du sucre (le pire !) ou bien par des édulcorants chimiques (pas beaucoup mieux).   « J’ajouterai un mensonge: jeûner serait mauvais pour la santé. » (Anne-Fleur) 

Ah, le jeûne ! C’est un sujet inépuisable et je vous en reparlerai en détail une prochaine fois, j’ai personnellement effectué un jeûne de 10 jours à l’eau pure… et dans les semaines qui ont suivi, je ne me suis jamais senti aussi bien de toute ma vie !

« Trois repas par jour. Personnellement, je préfère manger une à deux fois et cela me suffit » (Fabienne)

Oui, certaines personnes ont tout à gagner à ne faire que deux repas par jour. J'en ai parlé dans ma lettre sur le petit-déjeuner idéal que vous pouvez retrouver en cliquant sur ce lien : https://www.sante-corps-esprit.com/erreur-petit-dejeuner-2/

« Autre mensonge : il faudrait se passer complètement de sel pour être en bonne santé » (Nicole)

C’est vrai ! Trop de sel est mauvais pour le coeur, mais l’excès inverse est dangereux aussi ! Une étude récente a même montré que des régimes trop pauvres en sodium doublaient le risque d’hospitalisation pour problème cardiaque !

Tout est dans la mesure… et le bon sens !

Posté par javi53 à 10:00 - - Permalien [#]

La DecoAnglaise - VISITE -

il est 8h il fait + 4,6°

UNe ViSiTe à  LoNDReS ?

une viste à la dominante poudrée ??  Rosée

Violet Dent 's Romantic Maximalist Home in London

j'aime  assez . . .   même si jamais je ne ferais chez moi  . . . C'est un capharnaüm organisé et c'est ce qui me plaît je pense . . .  bien entendu JAMAIS JE DIS BIEN JAMAIS  je ne pourrais vivre  dans du rose   mais il y a aussi ici UNE COHÉRENCE et UNE UNITÉ PARFAITES 

photography by Owen Gale (3)

photography by Owen Gale (4)

photography by Owen Gale (5)

 photography by Owen Gale (6)

j'aime

photography by Owen Gale (7)

c'est simplement dommage qu'elle n'ait pas (oui ce ne peut etre que de la déco d'une femme)   été jusqu'auboutisme en peignant  tous les mrus  dans des roses poudrés  en camaieux  un ton différent sur chaque mur

photography by Owen Gale (8)

c'est vrai que des meubles bas de gamme ça c est juste pas possible on peut faire  mille fois mieux et encore pour moins cher

photography by Owen Gale (11)

photography by Owen Gale (12)

photography by Owen Gale (13)

photography by Owen Gale (15)

photography by Owen Gale (9)

j'adore ce palier de nuit

photography by Owen Gale (10)

photography by Owen Gale (1)

je trouve cette dame hyper douée en déco  (tout est récup  presque gratuit et ça il faut pouvoir utiliser )

et surtout  : il n'y a pas de contre - plaqué

le travail des architectes (j'ai un grand respcet  et une grande estime pour Carine et Gaelle)  de la maison FR5  est sensationnel   . . .    Par contre :  ils ne font que du PLAQUÊ  que du MDF  que du MELAMINE  que des étagères des armoires  des tables des bancs SUR MESURES   . . .  pas un seul  ne réemploit un beau meuble de famille ou  ne ré-agence un appartement avec du mobilier ancien  . . .

c'est consternant de n'avoir plus que " du carton pâte "   dans des  espaces chics et  d'époque (très souvent)     . . .  quelle déception . . .en même temps ils vont tous se débarrasser de leurs belles choses dans affaire conclue . . . ainsi  tout  votre  patrimoine  EXCEPTIONNEL  part en Angleterre , en chine   et aux USA  

photography by Owen Gale (2)

Posté par javi53 à 06:30 - - Permalien [#]