AVANT HIER J 'ai lu ceci 

et je le savais    : mon père qui lisait  tout et  tout le temps m'en avait parlé

 j'avais du mal à croire cette horreur même si je croyais tout tout ce qu'il me disait

 

Un charnier au cœur de l'université Paris-Descartes fait scandale

Selon « L'Express », le Centre du don des corps de l'université Paris-Descartes aurait accueilli un grand nombre de dépouilles dans de mauvaises conditions.

Par

L'université René-Descartes traverse une sombre période. Des photos sordides datant de la fin 2016 montrent l'état catastrophique de dizaines de cadavres, pourrissant au Centre du don des corps (CDC) de l'université, rue des Saints-Pères, révèle L'Express. Ce charnier se trouve au cinquième étage de la faculté, réputée pour être l'un des meilleurs établissements de médecine en France.

L'hebdomadaire décrit des corps d'hommes et femmes abîmés, démembrés et décomposés, qui s'amoncellent à cet étage dont l'une des trois portes d'une chambre froide est si rouillée qu'elle ne ferme plus. Créé en 1953 par le professeur André Delmas, le Centre de don des corps de l'université Paris-Descartes a la particularité de proposer des « corps frais », qui n'ont jamais été congelés ou conservés dans du formol. L'argent récolté au travers des dons est utilisé pour prendre en charge le corps dans de bonnes conditions jusqu'à son utilisation.

allez lire

https://www.lepoint.fr/societe/un-charnier-au-coeur-de-l-universite-paris-descartes-fait-scandale-27-11-2019-2349814_23.php

 

Affaire du charnier à l'Université Descartes à Paris : La colère des familles de José Artur et de l'actrice Micheline Dax, 2 personnalités qui avaient donné leurs corps à la science

Vingt-quatre familles ont porté plainte dans l’enquête ouverte par le parquet de Paris pour «atteinte à l’intégrité d’un cadavre» visant les conditions de conservation de corps dans un centre spécialisé de l’Université Paris-Descartes. Un article de L’Express paru fin novembre dénonçait les «conditions indécentes» de conservation de dépouilles de «milliers de personnes ayant fait don de leur corps à la science». «Dans des locaux vétustes, les dysfonctionnements du centre et les problèmes de gestion ont eu une conséquence terrible: des dépouilles putréfiées, rongées par les souris, à tel point que certaines ont dû être incinérées sans avoir pu être disséquées», relatait l’hebdomadaire, décrivant des corps empilés.

Mais nos confrères de Paris Match révèlent que parmi les personnes qui ont donné leur corps il y avait des personnalités comme l'homme de radio José Artur ou l'actrice Micheline Dax. Des familles qui sont effondrées.

Pour celles qui n'ont pas connu

ou

qui ont oublié qui ILS  étaient

photo TELERAMA

josé ARTHUR

charnier-paris-descartes-pourquoi-corps-comedienne-micheline-dax-reste-introuvable

Mariée dans les années 1960 au comédien Jacques Bodoin, elle est la mère de la comédienne et animatrice de télévision Véronique Bodoin. Son frère, Michel Etevenon, a créé la Route du Rhum.

MICHELINE DAX

 

TYHE3T

ET vous connaissez parfaitement je pense

SOPHIE ARTHUR

SOPHIE ARTHUR PHOTO unifrance

CETTE FEMME  et les autres enfants doivent être SACCAGÉS  . . .

David Artur, fils de José Artur,  raconte: "quatre mois plus tard, en mai, je reçois un coup de fil de Paris Descartes : le corps est prêt pour la restitution. On m’explique que la dernière compagne de mon père avec laquelle il était pacsé a demandé à le récupérer. Je n’étais pas au courant. Sidéré, je demande dans quel état il est, s’il est « complet » et s’il a servi. On me rétorque que l’on n’a pas à me dire ce genre de choses.

Pour Véronique Lafond, fille de la comédienne Micheline Dax, ne pas savoir ce qu'est devenu le corps de sa mère est terrible: "Elle pensait être disséquée pour les progrès de la science mais, disait-elle, à l’âge que j’ai, que vont-ils pouvoir faire de moi ?

Après le départ de son corps, je n’ai pas eu de nouvelles de Paris Descartes. J’ai su qu’elle avait été incinérée en août après avoir dû beaucoup insisté. « On vous appellera si on a le temps », m’avait-on dit. Je ne sais pas quand elle a été incinérée"

 imaginez sune seule fraction de seconde que ce soit un de vos parents    . . . . est- ce supportable ?