CHAPEAU L'ARTISTE

BBRVpR7

encore un qui doit être de tout coeur avec les gilets jaunes et qui mieux que lui doit les comprendre

 

Décidément, Julien Lepers n’en a pas fini avec le fisc. L’animateur de 69 ans vient d’être condamné à  2 redressements fiscaux. Une décision de justice qui doit rappeler de vieux souvenirs

En 1994 déjà, il avait été condamné à verser plus de 22 866 euros d'amende.

Entre 1984 et 1988, Julien Lepers avait tout simplement réduit ses revenus de moitié, en ne déclarant que 300 359 euros au lieu des 760 540 euros véritablement perçus.

Et alors que l’on aurait pu penser que cette condamnation le calmerait, force est de constater qu’il n’a pas retenu la leçon

Vingt ans après cette décision de justice, Julien Lepers ne s’est pas gêné pour réitérer l’expérience.

Entre 2000 et 2004, il aurait ainsi dissimulé pas moins de 1,08 million d’euros au fisc.

Une somme qu’il aurait déduit de ses revenus, au motif qu’il s’agirait de « frais professionnels », affirme BFM TV.

Tout y passe :

boîtes de chocolats,

confiseries,

places de théâtre,

annonce immobilière,

lunettes,

livraison de fleurs,

parfums,

bouteille de champagne,

vêtements de femme,

bande dessinée Spiderman,

livres et DVD pour enfants,

restaurants,

cadeaux,

coiffeur,

travaux de photos et de dactylo…

Et pour prouver ses dires, julien LEERS n’a pas hésité à faire appel à des arguments… farfelus.

 

Julien Lepers condamné à deux redressements fiscaux plus de 1.000.000 d'euros non déclarés

En ce qui concerne

ses multiples allers-retours au Maroc ou à Dubaï, Julien Lepers affirme que cela avait pour but de se créer un réseau, au cas où il « perdrait son emploi ».

Ses frais d’assistance juridique ? Pour écrire un livre sur Michael Jackson qui n’a jamais vu le jour.

Ses frais de réception ? Pour « créer ou entretenir des relations personnelles en vue d’une éventuelle reconversion ».

Ses abonnements à divers journaux tels que Nice Matin, VSD, Paris Turf ou encore Le journal de la maison ? Parce qu’il doit être au niveau pour son « jeu de culture générale ».

Ses frais de pressing et d’habillement ? Parce que le métier d’animateur « nécessite une apparence irréprochable »

Des excuses plus mirobolantes les unes que les autres, qui n’ont pas suffi à berner le fisc.

Il faut dire que Fremantle, la société de production de Questions pour un champion, s’en est assuré. En plus d’avoir affirmé que Julien Lepers n’écrivait pas lui-même ses questions – d’où le peu d’intérêt de développer sa culture générale -, la société a révélé qu’elle versait pas moins de 1 525 euros à l’animateur par an afin qu’il puisse se fournir en costumes, chemises et cravates nécessaires pour les tournages.

Résultat : le fisc a imposé à Julien Lepers une pénalité de 40% pour ne pas avoir envoyé ses déclarations malgré les mises en demeure, puis une autre pénalité de 40% pour« mauvaise foi ».

Au total, ce sont donc plus de 505 000 euros que l’animateur doit au fisc…

Après plusieurs années, l’affaire a enfin été conclue.

Samedi 5 janvier DERNIER  nos confrères de BFMTV ont révélé que Julien Lepers avait perdu son procès contre le fisc.

L’ex-animateur de "Questions pour un champion" a écopé de  2 redressements fiscaux.

Le premier concernant les années 2000 à 2002 et

Le second les années 2003 à 2004.

Il avait déduit la somme de 1,08 millions d’euros de ses déclarations de revenus, estimant qu’il s’agissait là de "frais professionnels". Des dépenses qui n’avaient pourtant rien de professionnel, toujours selon BFMTV : VOIR LA LISTE CI DESSUS

Julien Lepers ne se serait privé de rien.