j'ai passé ,hier,  une excellente soirée cinéma

je n'avais rien lu du tout sur le film  . . .  il n'y avait rien qui vaille la peine  sur aucune chaîne  alors  j'ai testé ce film par défaut : nous avons le lundi  sur rtbf1 et le samedi sur rtbf2 des films très récents 

on ne peut pas dire que c'est le titre qui m'a fait tilt et encore moins les acteurs  

 

xhsf

je crois  , non je suis certaine  que le STAR SYSTÈME très  injuste protège des grands acteurs comme VLADIMIR YORDANOFF - que j'adore  parce qu'il est mon type d'homme aussi  -   Un  acteur hors pair -    un million de fois meilleur que plein d'autres qui sont "  bancables "  et qui ne lui arriveront JAMAIS A LA CHEVILLE  

c'est la sidération quand je vois des kev adams et autres du même acabit 

demandez dans la rue qui est Vladimir Yordoff je doute que 50 % le sache et puisse citer un de ses films

ils est comme beaucoup toujours second  ou troisième  : comme quoi ce n'est pas  UN IMMENSE TALENT qui fait la notoriété 

quelle injustice !   

 

Date de sortie 23 septembre 2015 (1h 41min)
Genre Drame

Nationalité français

198981_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

 Boomerang est l'adaptation d'un roman de "Tatiana De Rosnay."

C'est la seconde fois qu'une oeuvre de cette auteure est adaptée pour le cinéma après "Elle s'appelait Sarah"  (film extraordinaire dont je n'avais  pas lu le livre non plus )    film réalisé par Gilles Paquet-Brenner en 2010.
Le roman " Boomerang " a été vendu à 550 000 exemplaires en France et les droits du livre ont été cédés sur 27 territoires dans le monde dont 450 000 exemplaires vendus aux Etats-Unis et 275 000 aux Pays-Bas
Le tournage s'est déroulé  entre Paris, le Gois et l'île de Noirmoutier
a savoir :
3 futures adaptations
Trois autres romans de Tatiana De Rosnay sont en cours d'adaptation : il s'agit de Moka qui est en cours de tournage avec Nathalie Baye et Emmanuelle Devos, puis Le voisin et Spirale. (que j'ai lus) 
.
résumé d'allo ciné   toujours mal fait et qui n'engage jamais à aller voir quoique ce soit
En revenant avec sa sœur Agathe sur l’île de Noirmoutier, berceau de leur enfance, Antoine ne soupçonnait pas combien le passé, tel un boomerang, se rappellerait à son souvenir. Secrets, non-dits, mensonges : et si toute l’histoire de cette famille était en fait à réécrire ? Face à la disparition mystérieuse de sa mère, un père adepte du silence et une sœur qui ne veut rien voir, une inconnue séduisante va heureusement bousculer la vie d’Antoine
quel drôle de synopsis ? je ne comprends pas ces résumés  à l'emporte - pièce et ce n'est certainement pas en lisant ça que ça va me donner l'envie de voir le film
j'ai vraiment beaucoup aimé  : j'ignorais que c'était  un livre de Tatiana de Rosnays  c'est un de ses titres que je n'ai pas parmi les 5 ou 6 romans que je posséde et que j'ai lus
"Elle s'appelait sarah"   est un  excellent film de cinéma  comme l'est tout autant BOOMERANG
 
Le suspens est tenu jusuq'au bout du film  mais je ne m'attendais pas du tout à ça  : Laurent LAFFITE  y est  PARFAIT  ça change de ce que j'ai vu avec lui  et de lui et ce pourquoi je n'appréciais pas cet acteur  j'avais été gênée lors de sa présentation au festival de Cannes
La critique de PARIS MATCH

"Boomerang": Famille décomposée

C'est exactement ça : une famille décomposée  !

tout commence par un week-end de pèlerinage  - 30 ANS  JOUR ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE LEUR MèRE - sur l'île de Noirmoutier, où, enfants, ils ont poussé, arrosés par les embruns et vivifiés par l'air marin. Une enfance heureuse et insouciante ­interrompue brutalement par la noyade de leur mère.

Ils ne se souviennent même plus de son visage qui s'est effacé au fil des décennies à la manière d'une sculpture de sable balayée par les vagues d'une plage.

Mal dans sa vie, Antoine est suffisamment à fleur de peau pour ressentir que quelque chose ne colle pas. Un nuage de plomb semble peser comme une pierre tombale sur la disparition de leur mère. Une ancienne domestique pas franche du collier, une montre dévorée par le temps… des ­indices, tels des grains de sable, s'immiscent comme du poil à gratter dans l'esprit de ce fils en mal de mère.

Sa rencontre avec une thanatopractrice rock'n'roll (Audrey Dana) va lui redonner vie et vigueur. Face à ses doutes quant à la véritable cause de la mort de sa mère, son père (Wladimir Yordanoff) reste muet, sa sœur joue les aveugles et sa grand-mère (Bulle Ogier) fait la sourde oreille.

Mais les secrets de famille, tels des cadavres que l'on croit avoir enfouis à jamais, finissent ­toujours par remonter à la surface avec un rictus moqueur ou un ­sourire aux lèvres…

Cet angoissant (non ce film n'a rien d'angoissant du tout )  polar  (polar ????? non )  familial se suit comme un thriller (moi je ne l'ai pas suivi comme un thriller du tout mais comme un énorme drame qui selon moi est certainement une histoire réelle )  et se ressent comme une tragédie. S'appuyant sur la solide trame ­romanesque tressée en nœud coulant par Tatiana de Rosnay

 -------------------------------------

Résumé et critique  belge

de la LIBRE.BE par Hubert Heyrendt

Boomerang" : Joli drame à la française

 

Laurent Lafitte enquête sur une sombre histoire de famille.

La vie d’Antoine, 40 ans, n’est pas des plus joyeuses.  . . . Séparé de sa femme, il emménage seul. . . . .  Tandis que, de retour d’un week-end en Bretagne avec sa sœur Agathe, il provoque un accident de voiture.  . . . . S’il est un peu à côté de la plaque, c’est que c’est le trentième anniversaire de la mort de leur mère, retrouvée noyée dans la baie de Noirmoutier dans des circonstances troubles. . . . . Il a beau essayer de parler de cet accident avec son père, sa grand-mère ou sa sœur, personne dans la famille n’a envie de remuer le passé. . . . . Pourtant, Antoine en est certain : on ne leur a pas dit toute la vérité sur la disparition de leur mère

voilà EXACTEMENT LE TRES BON Résumé du film 

critique de spécialiste cinéma

Pour son troisième long métrage, le cinéaste français François Favrat  explore un lourd secret de famille qui ne  possède pas la gravité d’ "Un secret" de Claude Miller, d’après Philippe Grimbert, ou la délicatesse de "Je vais bien, ne t’en fais pas" de Philippe Lioret, d’après Olivier Adam. "Boomerang" n’en reste pas moins un joli drame à la française.

Si l’on s’intéresse à cette sombre histoire de famille, c’est parce que Favrat parvient à lui conserver son mystère jusqu’au bout, au gré d’un scénario bien ficelé. C’est aussi grâce à ses comédiens attachants. Sorti de ses comédies plus ou moins finaudes EXACT ! ! !   C'EST POURQUOI JE N'APPRéCIAIS PAS L. LAFFITE    ("De l’autre côté du périf", "Papa ou maman", "L’art de la fugue") l'art de la fugue qui passait en seconde partie de soirée après BOOMERANG)   , Laurent Lafitte, "de la Comédie-Française" , trouve enfin un premier rôle dans lequel glisser sa drôlerie décalée et sa sensibilité. Il incarne à merveille ce jeune quadra déboussolé, atteint d’une paranoïa pas si délirante qu’il n’y paraît… Face à lui, on retrouve la délicate Mélanie Laurent mais aussi Audrey Dana, Wladimir Yordanoff (toujours excellent) et la trop rare Bulle Ogier.

Un peu trop écrit, un poil convenu, "Boomerang" est une comédie dramatique sans prétention autre que de sonder les sentiments plus profonds, les plus humains face à la mort et au deuil…