on n'a jamais fait grand cas de la dispiration de ces grands hommes tels le

professeur CABROL

ça me consterne : quelques lignes dans les quotidiens et puis s'en va . . . j'ai remarqué que  pour tous ces GRANDS HOMMES  ça se passe comme ça

 

Cabrol sans qui  des centaines de gens seraient morts aujourd'hui   . Le PROFESSEUR a réalisé la première greffe cardiaque en Europe en avril 1968

un homme remarquable que j'ai toujours admiré  est mort ce matin 

PHOed2b2b72-e523-11e4-9119-d4fc00c2730c-805x453   2048x1536-fit_professeur-christian-cabrol-ecole-chirurgie-nancy-lors-visite-conference-22-novembre-2013

Christian Cabrol, né le 16 septembre 1925 à Chézy-sur-Marne et mort le 16 juin 2017 à Paris
ET OUI j'ai pleuré quand j'ai entendu la nouvelle  : j'avais un grand  plaisir  à l'écouter
(alors que je hais les émissions de médecine)
pour moi ce sont des dieux ils sont peu en ce bas monde mais il en faisait partie
Fils de paysan

Rien pourtant ne prédisposait ce fils de paysan, à devenir un pionnier de la chirurgie cardiaque. Il apprécie le calme des bois et des champs mais son grand-père, médecin de campagne, le convainc de devenir chirurgien.

Le professeur Cabrol réussit le difficile  concours  d’internat des Hôpitaux de Paris et se trouve affecté dans le service de chirurgie du professeur Gaston Cordier, un patron visionnaire, qui l’incite à s’intéresser à la chirurgie du poumon et par extension à celle du cœur.

En 1956, il part à Minneapolis, aux Etats-Unis, dans le service de chirurgie cardiaque de Walton Lillehei, le père de la chirurgie cardiaque.

Le professeur Cabrol devient en 1989 le grand défenseur de la greffe à la tête de l’Association France Transplant, qui organise notamment les prélèvements d’organes, une mission aujourd’hui confiée à l’Agence de la biomédecine.

La même année, il fonde l’Association pour le développement et l’innovation en cardiologie (Adicare), qui contribue à la création de l’Institut de cardiologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Le chirurgien est en effet convaincu qu’il faut regrouper  tous les professionnels de santé impliqués dans le diagnostic et le traitement des maladies cardio-vasculaires en un même endroit.

 

Il était extrêmement humain et proche de ses patients », a déclaré le professeur Gandjbakhch. Il se souvient aussi de « ses colères, qui comportaient une bonne part de comédie quand ça l’arrangeait ». Opérée par le chirurgien en 1980, l’actrice Mireille Darc loue également « un homme sublime, merveilleux » :

« Je ressens beaucoup de tristesse. Je savais qu’il était malade et je m’attendais à son départ. »

Il a écrit de nombreux livres  liés à son expérience professionnelle et était Commandeur dans l’Ordre de la Légion d’honneur et officier de l’Ordre national du mérite.

cela dit quand on voit à qui on accroche la légion d'honneur sur la poitrine ????????? consternation là encore ! qui  de ceux qui ont reçu cette médaille peut se comparer à cet homme ?