Avec le reste de la couleur façade arrière ...

Que fait- on ?

Et bien une autre façade arrière

N'avais -je pas  encore assez travaillé ?

Et bien non, puisque j'aime m'occuper . . .

Mais surtout, surtout ,  je ne voulais pas laisser sécher la couleur brune des 5kg  de la façade  arrière dans son seau  plastic encombrant que le peintre  m'a fait prendre alors que je n'avais besoin que  de 2,5 kg

Le problème était que j'avais fait cet arrière qui donne sur la route "arrière"  en août dernier et  je râlais un peu  de refaire un travail qui était encore potablement propore . En plus il me fallait encore grimper bien haut pour les finitions  et que je n'ai pas su bien -  finir  -

J'ai commencé hier à 15h  - les 2 couches de la première  partie et mon dos ayant un peu craqué j'ai du arrêter  - 

j'ai donc repris avec un peu de difficultés ,  très tôt ce matin avant que le soleil donne.

J'avoue oui  :  j'ai eu du mal il faut appuyer très fort sur le rouleau pour que la peinture pénètre dans les trous du moellon et perchée sur un grand escabeau , c'est pas l'idéal puisque je manque d'appui  . . .  Le mur ayant toujours été blanc ça posait moins de problème quand je l'entretenais tous les 2 ans :  blanc sur blanc pas de problème

Là du foncé sur du blanc ??? C'est pas évident je vous assure . . . non je ne veux pas faire ma calimérotte mais  le travail est difficile  . . .

Je suis "crantée" ( = belgissisme = crevée) . . . .  j'arrête définitivement les travaux pour cette année

RAS LE BOL  ! Quoi que j'aimerais reblanchir les murs blancs du séjour, salle à manger  et cuisine  . . . On verra ça en août   pour le moment je suis assez énervée et pas prête du tout à remettre ça ! 

j'ai retrouvé des photos d'avant

ici_1986__5_  mon_jardin__42_  mon_jardin__35_  

la photo 1

c'est lors de la restauration 1986 .

la photo  2 

c'est en 1994  tout blanc et portes  bordeau MAIS  il y avait encore mon bel arbre d'essence japonnaise  qui cachait le vilain pignon des voisins . . .  ilk m'a fallu faire appel à quelqu'un pour  l' abattre en 2004. Il devenait immense et gênait tout le monde surtout lors de la perte des feuilles : UN ENFER .  . . . .    J'ai laissé le tronc et il continue de   vivre (on le voit sur les photos qui suivent)   il  grandit trop vite puisqu'il est  terriblement bien protégé des intempéries et du froid . . .  si je ne le maîtrise pas tous les 15 jours  je ne m'en sors pas

la photo 3

c'est un peu n'importe quoi juste avant de faire les lignes beige et blanc en août 2010......

2011_05_121   2011_05_122   2011_05_123   2011_05_12

2011_05_124   2011_05_125   2011_05_126   2011_05_127

2011_05_128

021

et bien je trouve ça chic !

2011_05_122  2011_05_121

022

J'avais une jolie porte de jardin en chêne  faite par un artisan  mensuisier du quartier . . .  jusqu' au 10 novembre 2005.

Ce soir là , à 21h ,  je sens quelque chose ? Oui mais quoi  ? Je ne sais pas mais je sens  que ça ne va pas . . . il me semble avoir entendu quelque chose  ou avoir vu ou avoir senti  je vous assure que c'est vrai

On aurait dit, en regardant par la porte fenêtre de la salle à manger, toujours    allongée sur mon divan à la télé , que je pouvais voir la lumière du révérbère au travers des planches de  la porte en bois comme si on lui avait écarté les planches  . . . .

Tout bien réfléchi ce n'était pas possible comment peut  écarter les planches ?   il faut le vouloir  il faut un outil

Je finis par ne plus oser bouger . Je suis dans une cour intérieur et en contre bas de  plus de 1 metre  . Vous pouvez vous en rendre compte si vous regzardez les photos de ma cour arrière  . . . 

Et cela me permet de bien me sentir en sécurité" 

Pourtant j'appelle mes parents. Alors qu'ils ne peuvent stritement rien faire . Ma mère propose que mon père  vienne dormir chez moi ? Je ris . . et je lui dis mais papa ne va pas venir dormir chez moi toutes les nuits ça ne va pas résoudre le problème qui me taraude depuis pluis de 2h 

Il est 21h30 et je ne suis pas plus rassurée ,  pas du tout alors que je ne vois rien de spécial . Alors elle me dit :  "appelle la police, si tu sens un truc appelle " . . .   Ils savent que depuis toute jeune j'ai l'habitude d'être seule la nuit dans une maison  à l'orée de la forêt  . .  . je ne suis pas particulièrement  peureuse . Tout de même  pffff . Y a un truc qui cloche  !  Je pense qu'ils se tracassent de mes angoisses justifiées leurs semblent- ils .
Ne voulant pas sombrer dans le ridicule , je me suis calmée et je n'ai pas appelé la police . Rassérénée sans doute de leurs avoir parlé  . . .

J'aurais du ! Oui j'aurais du appeler les secours  . . .

la soirée s'est déroulée en regardant la télé  avec  toujours un oeil sur la fenêtre de la salle à manger .  . .  Puis j'ai eu soif .  . .  Je me suis levée.  je n'avais pour lumière que celle diffuse et bleuâtre de la télévision .  j'ai allumé une petite lampe ,alors que mes angoisses,  mes sensations bizarres s'étaient un peu évanouies  ou du moins apaisée. j'ai donc allumé en passant par la salle à manger et c'est là que j'ai eu la peur de ma vie .

Il était là  , dehors,  à 3m de moi  , le nez écrasé à la vitre les 2 mains de chaque coté du visage pour mieux distinguer ce qui se passe à l'intérieur  : je l'ai surpris !

je suis restée aphone durant plus de 3 semaines les cordes vocales ayant été irritées par mes hurlements de bête sauvage  que j'ai émis telle une folle  . . . .

Un homme me regardait  dans cette position  , ce qui le rendait encore plus abominable, plus laid  . C'est terrifiant de savoir que quelqu'un vous observe depuis sans doute plus de 2h30 . Mes hurlements ont terrorisé l'homme et croyez- le ou pas : il a traversé  la porte en bois  éclatée en milles morceau comme s'il avait été PASSE MURAILLE  . . . avec un grand fracas ! Aucun pot n'a été renversé (des pots de petits arbustes qui sont toujours sur la terrasse-il suffit de regarder les photos d'avant hier comment ils sont placés)

J'ai eu la peur de ma vie , je ne vis plus du tout comme avant , ça croyez- le  ! 

A 23h la police est arrivée. Les empruntes ont été prises . Ils n'ont pas compris comment cet homme avait pu traverser une porte en chêne . Les "HOMEJACKERS" avaient donc écarté avec un couteau les lattes de bois  et c'est pour cette raison  que j'avais trouvé bizarre de voir cette lumière au travers de la porte,  affaiblie par les écartements .

Les empruntes ont été vaines  . . . évidemment !! La police est restée  jusqu'a 2h du matin. Je pleurais comme une madeleine et tremblais comme une feuille. Je ne me suis endormie ,assise dans le fauteuil, qu' au petit matin épuisée  par les émotions mais  avec toujours la peur au ventre .  

Et s'ils revenaient ?

La police  m'a de nouveau rendu visite le lendemain dans l'après midi pour me mettre au courant de ce qui avait du se passer  . . . et voir comment j'allais : après enquête de proximité ils ont su qu'ils  étaient 3 : 2 à attendre derrière le mur sur la route pendant que l'autre passé au dessus du mur repérait les lieux   :  je devais être surveillée depuis des semaines . 

Comment la police a t- elle su tout ça ?  

Par un "certain voisinage" qui n'a pas daigné appeler les secours  alors qu'ils avaient bien vu un manège anormal et un peu bizarre  qui se trimait là,  à l'arrière depuis quelques jours déjà !

Qu'est ce que c'est beau la solidarité  . . .  Merci les voisins ! Je n'oublirai pas !

Voilà  !

Il a bien fallu vite trouver une solution pour "refermer" le jardin . Un petit cousin est venu avec une porte qu'il avait dans son fouillis et me l'a vite vite adaptée à l'ouverture . . .  J'ai ensuite demandé quelques devis

Oulalalala :  il fallait compter 2.000 euros pour une porte costaud et digne de ce nom  en bois et beaucoup plus pour une en fer

Alors  celle de " en attendant"  est devenue

  " celle en définitive"

Peut être qu'  un jour, n'y tenant plus  ?  on verra